Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : Les chroniques de Chrestomanci
  • Les chroniques de Chrestomanci
  • : bonjour et bienvenu(e)! j'ai créé ce blog pour présenter mes coup de coeur littéraires, mais pas seulement, je vais aussi parler ciné et musique. J'attends vos réactions et vos conseils...
  • Contact

En ce moment...

RAT-TARDIS.jpg

Vous Voulez Savoir...

2013 en lecture

Finale - Becca Fitzpatrick

L'affaire Jane Eyre - Jasper Fforde

1Q84 Livre 1, avril-juin - Haruki Murakami

Dracula - Bram Stoker

The Glass Key - Dashiell Hammett

Carmilla - Sheridan Le Fanu

1Q84 Livre 2 - Haruki Murakami

Harry Potter and the Philosopher's Stone - J.K. Rowling

The Beetle - Richard Marsh

Pride and Prejudice - Jane Austen

The colour of Magic - Terry Pratchett

The Guernsey Literary and Potatoe Peel Pie Society - Mary Ann Shaffer

Ce que je fais...

bafab.gif

 

Countdown to the next BAFAB Week:

 

 

 

membership

 

J'aime, un peu, beaucoup...

Un peu *
J'aime **
Beaucoup***
Passionnément ****
A la folie *****
Pas du tout *

Partenariats...





21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 21:08

 

 

christopher-barzac.jpg

Biographie :
"Christopher Barzak est né et a grandi dans l'Ohio rural, a vécu dans un ville de la côte sud californienne, dans la capitale du Michigan et dans les banlieues de Tokyo au Jaon, où il a enseigné l'Anglais dans des collèges et écoles rurales. Ses histoires sont apparus dans beaucoup d'endroit, dont
Lady Churchill's Rosebud Wristlet, Trampoline, Interfictions, Nerve, Salon Fantastique and the Year's Best Fantasy and Horror. Aujourd'hui, il vit à youngstown, Ohio, où il enseigne l'écriture à Youngstown State University. One for Sorrow est son premier roman.



Bibliographie :


Roman : One for Sorrow (2007)

 

Nouvelles : 

 

* 1999 : A Mad Tea Party

 

* 2001 : Plenty; Caryatids

 

* 2002 : Born on the Edge of an Adjective; The Blus Egg; The Cure; Lips

 

* 2003 : Dead Boy Found; The Drowned Mermaid; Vanishing Point

 

* 2004 : The Trail of my Father's Blood; A Resurrection Artist; The Other Angelas

 

* 2005 : The language of Moths; The Boy who Was Born Wrapped in Barbed Wire

 

* 2006 : Dead Letters; Learning to Leave; The Creation Birds; The Guardian of the Egg

 

* 2007 : 23 Small Disasters; What We Know About the Lost Families of - House; Realer Than You; Little Miss Apocalypse; The Flood; Isis in Darkness

 

* A paraître : In Between Dreams; A Thousand Tails; Map of Seventeen

 

Poèmes : Abducted (1993); The Persistence of Memory (1996)

 

Découvrez le blog de Christopher Barzak : http://christopherbarzak.wordpress.com/

 

 

 

one-for-sorrow-copie-1.gif

 

 ***

 

 

 

Genre : Fiction - Jeunesse

 

Editeur américain : Bantam Books : 8,87€

 

Synopsis : Adam McCormick, un garçon de 15 ans, nous raconte comment sa vie a pris un nouveau tournant après le meurtre de Jamie Marks, la personne la plus ressemblante à un ami qu'il ait jamais eu et l'accident dans lequel sa mère s'est retrouvée paralisée.
Comme sa grand-mère l'aurait dit, les mauvaises choses arrivent toujours par trois et Dieu pointait son doigt sur sa famille. La famille d'Adam est une famille comme les autres avec ses propres problèmes. Ses parents se disputent souvent, son frère fume de l'herbe. Et un jour, sa mère a un accident de voiture et reste paralisée. Mais le pire de tout, c'est qu'elle devient amies avec la femme responsable de l'accident, qui va venir avec eux.  Mais le même jour que l'accident, le corps de Jamie est retrouvé par Gracie. Et Adam se lie d'amitié avec le fantôme de Jamie et va prendre la mauvaise direction avec lui. Gracie essaiera de l'aider à revenir à la vie, mais il décide de suivre Jamie. Jusqu'au jour où il comprend que Jamie,a besoin de plus qu'un ami, il a besoin d'aller là où il doit aller, et lui, Adam, a besoin de retourner parmi les vivants.



Passages que j'ai aimé (petite traduction perso) :



 

" Je me suis installé confortablement dans le placard etj'ai commencé à lire le livre que j'avais choisi, qui parlait d'un gamin qui va dans une école préparatoire et n'arrête pas de se créer des ennuis et déteste tout le monde, mais il peut se permettre de dépenser plein d'argent, visitant New York, s'échappant de ses problèmes. C'était intéressant mais je n'arrêtais pas de penser, Pourquoi diable se plaint-il? Ce n'est pas comme si c'était dur pour lui d'aller où il allait. Il n'avait pas à mentir, voler ou embobiner quelqu'un pour avoir de l'argent. Il est juste parti et il ne manquait à personne parce qu'il était dans un internat et c'était les vacances de Noël, et il ne manquait pas à ses parents parce qu'ils étaient habitués à ce que d'autres personnes s'occupent de leurs enfants. Donc ce gamin a son propre argent et peut retirer du cash quand il veut, pour les trains, les taxis ou pour se soûler ou pour louer une chambre d'hôtel et traîner avec des prostittuées. Bien sûr il est désolé après avoir fait ces choses, mais ensuite il s'en va simplement et fait quelque chose de stupide encore et il n'a vraiment pas besoin de s'inquiéter parce qu'il a suffisament d'argent pour se faire une nouvelle vie et oublier celle qu'il a merdée. A la fin, il suit une thérapie. Peu importe."



 

"Mon vrai problème c'était  que je n'avais pas un bon temps de réaction. Je ne savais pas comment me montrer gracieux quand j'étais confus.Je ne savais pas comment faire comme si de rein n'était ou comment paraître à l'aise même si  tout ce que nous faisions parassait si préparé d'avance. Les gens échangent des mots qui ne veulent rien dire contre des mots qui ne veulent rien dire, et il faut le faire si on veut être considérer comme un membre du groupe. Commens ça va? Je vais bien et toi? Beau temps aujourd'hui, non? Bonjour, Bon après midi, salut, à bientôt, sois sage, comporte toi bien, amuse toi bien! Prends soin de toi! Vous rentrez tous, maintenant, compris?
Click, squeak, click-click.
C'est dur de croire que ces mots veulent dire quelque chose. Ils sont juste une autre partie de la comédie. Les gens disent ces choses par automatisme, et comment des mots peuvent signifier quelque chose si on ne pense pas à ce qu'on dit, si on ne les ressent pas quand on les it? Et pour quelque raison, les gens pensent que ce sont les mots les plus importants du monde. Si vous les dites, vous êtes normal. C'est marrant comment les gens sont si choqués d'apprendre que leur voisin est un serial killer. Avec les standards de normalité étant que l'on dise bonjour ou que l'on parle du temps qu'il fait, pourquoi sont-ils si surpris? Peut-être que le choc fait parti du jeu aussi. Peut-être qu'ils ne veulent tout simplement pas attirer l'attention sur leur propre bizarrerie. Si c'est quelqu'un d'autre, ce n'est pas vous."




" Je ne suis juste pas sûr que quiconque puisse décrire Dieu si facilement. Si j'avais mon mot à dire, je prendrais un petit peu de chaque religion et science et philosophie, parce qu'alors peut-être que l'image de Dieu serait plus complète, comme une mosaïque. Je pense que la plupart des gens choisissent une idée de Dieu, mais quand ils font ça ils finissent par regarder à ce tout petit point de quelque chose qui est vraiment grand et étonnant. Ils regardent à ce petit bout de la mosaïque et disent, 'C'est Dieu', et ne voient pas le reste de l'image autour. Mais il y a aussi des gens, comme ma mère et mon père, qui ne regardent pas du tout l'image, ce qui est aussi mal. En pensant à ça, je me suis dit que ça ne pourrait pas faire de mal d'aller au moins regarder le carreau de Tia avec elle."
 

 

 

 

One for Sorrow est une histoire de fantômes un peuparticulière. C'est une histoire de fantôme en effet, mais c'est surtout une histoire de vivants. Comment ungarçon à qui personne ne fait attention se perd entre le monde des morts et le monde des vivants, parce que son seul ami est un fantôme. L'un est mort et se raccroche à la vie, l'autre est vivant et ne désire que mourrir. Ils ont besoin l'un de l'autre pour retourner à leur monde respectifs.



Mais c'est aussi un parcours initiatique pour Adam qui a besoin de trouver sa place dans le monde dans lequel il vit. Il me fait grandement penser à Holden Caulfield de L'Attrape-coeurs (J.D. Salinger). Au début, j'ai cru que c'était à cause de la citation au début du lire : " C'est là tout le problème. On ne peut jamais trouver un endroit paisible, parce qu'il n'y en a pas. On peut penser qu'il y en a, mais une fois qu'on y est, quand on ne regarde pas, quelqu'un va arriver et écrire 'Fuck You' juste sous votre nez. Essayez un de ces jours. Je pense, même, si je meurs un jour, et qu'il me colle dans un cimetierre, et que j'ai une tombe et tout, ce sera écrit 'Holden Caulfield' dessus, et puis quelle année je suis né et quelle année je suis mort, et juste en dessous ça, il y aura 'Fuck you'. Je suis positif, en fait." Donc j'ai pensé que j'avais Holden en tête, c'est pourquoi je comparais Adam à lui, mais après j'ai réalisé qu'ils étaient vraiment similaires sur plusieurs choses. Ils représent tous deux le mal-être des adolescents qui se cherchent et veulent vivre leur propre vie, et non pas celle choisie par leurs parents, professeurs ou par la société. J'avais peur au début qu'Adam ne trouve pas son chemin pour revenir à sa vie, celle qu'il peut construire lui-même, mais à la fin j'étais soulagée.


C'est un merveilleux premier roman...


Note : J'ai trouvé l'adresse e-mail de Christopher Barzak et j'ai décidé de lui écrire juste pour dire merci et que j'avais apprécié son livre, sans m'attendre à une réponse. Et le matin, quelle ne fut pas ma surprise de voir qu'il m'avait répondu. Internet est merveilleux pour ce genre de choses, ça rend vraiment les gens plus abordables..

Partager cet article

Repost 0
Published by virginie - dans Jeunes Adultes
commenter cet article

commentaires

flo 23/10/2007 21:52

On voit que tu as apprécié !! Merci pour ton passageA bientôt