Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : Les chroniques de Chrestomanci
  • Les chroniques de Chrestomanci
  • : bonjour et bienvenu(e)! j'ai créé ce blog pour présenter mes coup de coeur littéraires, mais pas seulement, je vais aussi parler ciné et musique. J'attends vos réactions et vos conseils...
  • Contact

En ce moment...

RAT-TARDIS.jpg

Vous Voulez Savoir...

2013 en lecture

Finale - Becca Fitzpatrick

L'affaire Jane Eyre - Jasper Fforde

1Q84 Livre 1, avril-juin - Haruki Murakami

Dracula - Bram Stoker

The Glass Key - Dashiell Hammett

Carmilla - Sheridan Le Fanu

1Q84 Livre 2 - Haruki Murakami

Harry Potter and the Philosopher's Stone - J.K. Rowling

The Beetle - Richard Marsh

Pride and Prejudice - Jane Austen

The colour of Magic - Terry Pratchett

The Guernsey Literary and Potatoe Peel Pie Society - Mary Ann Shaffer

Ce que je fais...

bafab.gif

 

Countdown to the next BAFAB Week:

 

 

 

membership

 

J'aime, un peu, beaucoup...

Un peu *
J'aime **
Beaucoup***
Passionnément ****
A la folie *****
Pas du tout *

Partenariats...





24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 18:25
Retrouvez la bio- et bibliographie de George Orwell

lafermedesanimaux.jpg****
 
Genre : Littérature Anglaise

Titre original : Animal Farm

Editeur anglais : Longman : 8,11€

Editeur français : Gallimard, Folio : 3,60€

Synopsis : Mr Jones tient une ferme, mais penche un peu sur la bouteille. Un jour, Sage l'Ancien, le plus vieux cochon de la ferme, réunit tous les animaux pour leur raconter son rêve : Un pays de verts pâturage où les animaux règneront, tous égaux, sans les hommes. Puis Sage l'Ancien meurt. Commence alors à se fomenter une révolte dans la ferme de Mr Jones, dirigée par les cochons : Napoléon et Boule de Neige. Ils instillent l'idée de la révolte chez tous les animaux de la ferme qui entonnent tous ensemble l'hymne de leur délivrance future : Bêtes d'Angleterre. Ensemble, ils arrivent à expulser Mr Jones et sa femme de la ferme, et commence alors la République des Animaux, dont les deux têtes d'affiches sont Napoléon et Boule de Neige. Mais la République tourne bien vite à la dictature : "Tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que d'autres".

Un passage : Les 7 commandements de la Ferme des Animaux  (avec les changements évolutifs)

"1. Tous deuxpattes est un ennemi
2. Tout quatrepattes ou tout volatile, un ami
3. Nul animal ne portera de vêtement
4. Nul animal ne dormira dans un lit (avec des draps)
5. Nul animal ne boira de l'alcool (à l'excès)
6. Nul animal ne tuera un autre animal (sans raison valable)
7. Tous les animaux sont égaux (mais certains sont plus égaux que d'autres)"


On pourrait écrire toute une thèse sur ce roman, je vais donc essayer de dire ce que j'ai à dire de manière courte. Donc tout d'abord, on trouve ici une allégorie de la dictature humaine. Sachant que ce livre  quelques années avant 1984, en 1944, à l'époque de la Seconde Guerre Mondiale et des dictatures fascistes et communistes. George Orwell nous dépeint ici le visage de la Dictature sous les traits d'animaux, plus précisément les cochons. Pourquoi les cochons?Là, je donne un avis personnel sur la question. Je pense que si l'on faisait une pyramide hiérarchique des animaux de la ferme, le cochon serait tout en bas. Donc on retrouve ici plutôt une dictature communiste, la dictature du prolétariat, version Mao ou Staline, plutôt que Hitlérienne. Le côté fasciste de cette dictature vient du fait que l'on veut exterminer l'homme, ou du moins l'assujettir. On a donc de niveaux dictatoriaaux dans La Ferme des Animaux, les cochons étant maîtres des deux.
Ensuite, on retrouve chez les cochons toutes les caractéristiques de la Dictature. On commence par mener le peuple à la révolte. Une fois le pouvoir  renversé, on met en place les têtes pensantes et on fait croire au peuple à une vie meilleure. Ils peuvent vivre mieux en assurant eux-mêmes les tâches nécessaires, chacun faisant ce qu'il peut (chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins).  Ensuite, on élimine ses ennemis, le pouvoir ne se partage pas. Le plus habile dirigera le peuple. Ici, comme on peut s'en douter d'après son nom, c'est Napoléon qui remportera la victoire, grâce à son bras-droit Brille-Babille, qui est un très bon orateur et qui réussit à convaincre les foules en faisant la propagande de Napoléon. Tout dictateur se doit d'avoir un bon chez de la propagande (on pensera à Goebbels). Après cela, il faut éliminer les traîtres, ceux qui ont agi dans leur intérêt personnel (que ce soit fondé ou non) : il faut donner l'exemple au peuple, leur faire comprendre que c'est dans leur intérêt de servir le pays. Puis vient la manipulation des médias, des textes. Ici on trouve une esquisse du travail d'Orwell dans 1984, où les journaux sont réécrits au fur et à mesure des changements de direction du gouvernement. Dans La Ferme des Animaux, ça passe par la réécriture des Commandements. Même ceux qui se souviennent des commandements de base, et veulent vérifier, trouvent un changement et se disent que finalement ils se sont trompés.
Commence, ensuite, à venir le moment où le peuple a faim et se rend compte que les promesses ne sont pas tenues, mais le chef a raison, il faut l'écouter, les jours meilleurs viendront.
Et finalement, le gouvernement au pouvoir pactise avec l'ennemi du début. La boucle est bouclée.

J'ai beaucoup aimé ce livre qui offre un grand travail de réflexion. Ecrit dans le contexte de la Seconde Guerre Mondiale, on ne peut pas passer à côté de la signification profonde de ce texte. En effet, Orwell a très bien réussi à mettre en avant les différentes caractéristiques d'une dictature, en passant par la mise en scène des animaux de la ferme. Et il est vrai que ça fait peur, le côté si facile d'instaurer une dictature, de convaincre le peuples qu'il peut avoir mieux, et une fois la machine lancée, il n'y a plus grand-chose à faire. Le peuple aimera son dictateur. Prenez l'exemple de Malabar, le cheval. C'est un personnage que j'aime beaucoup. Depuis le début de la Révolte, il est du côté de Napoléon ('Napoléon ne se trompe jamais'), et travaille dur pour apporter un monde meilleur ('je vais travailler plus dur'). Mais il se tue à la tâche et tombe malade à quelques semaines de sa prétendue retraite. Napoléon fait venir le vétérinaire, qui est en fait un équarisseur. Voilà, ce qu'a récolter Malabar pour tout le mal qu'il s'est donné.

Bon je vais m'arrêter là, parce que je pense que je pourrais continuer encore, mais je ne peux pas non plus me permettre de tout vous dévoiler non plus. En tous cas, j'ai beaucoup aimé la fin, mais je ne vous la dirai pas...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alicia 06/10/2008 18:17

Merci beaucoup pour se site super sa aide vachement!! =)

virginie 06/10/2008 19:02


J'en suis ravie;o) A bientôt


Sibylline 14/06/2008 19:30

Un conte formidable sur la révolution russe! Orwell avait compris la politique bien plus vite que tant d'autres... Un grand bonhomme.

virginie 14/06/2008 20:48


oui en effet!


sylvie 03/03/2008 15:07

un classique à lire, relire et à faire découvrir!

virginie 09/03/2008 11:26

Absolument!

Gambadou 03/03/2008 09:08

je l'ai lu aussi sous le titre "la république des animaux", très bon souvenir, il faudrait que je m'y replonge...

virginie 09/03/2008 11:26

Oui, moi je l'ai relu avec énormément de plaisir!

celsmoon 27/02/2008 21:50

Moi c'est mon premier livre en anglais alors autant dire que je ne l'oublierai jamais ! J'étais en terminale :)Snowball et sa bande ! Viva la revolucion !