Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : Les chroniques de Chrestomanci
  • : bonjour et bienvenu(e)! j'ai créé ce blog pour présenter mes coup de coeur littéraires, mais pas seulement, je vais aussi parler ciné et musique. J'attends vos réactions et vos conseils...
  • Contact

En ce moment...

RAT-TARDIS.jpg

Vous Voulez Savoir...

2013 en lecture

Finale - Becca Fitzpatrick

L'affaire Jane Eyre - Jasper Fforde

1Q84 Livre 1, avril-juin - Haruki Murakami

Dracula - Bram Stoker

The Glass Key - Dashiell Hammett

Carmilla - Sheridan Le Fanu

1Q84 Livre 2 - Haruki Murakami

Harry Potter and the Philosopher's Stone - J.K. Rowling

The Beetle - Richard Marsh

Pride and Prejudice - Jane Austen

The colour of Magic - Terry Pratchett

The Guernsey Literary and Potatoe Peel Pie Society - Mary Ann Shaffer

Ce que je fais...

bafab.gif

 

Countdown to the next BAFAB Week:

 

 

 

membership

 

J'aime, un peu, beaucoup...

Un peu *
J'aime **
Beaucoup***
Passionnément ****
A la folie *****
Pas du tout *

Partenariats...





3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 12:16
Voici un poème magnifique de W.H. Auden, que l'on a pu notamment entendre dans le film 4 mariages et 1 enterrement


Stop all the clocks, cut off the telephone,
Prevent the dog from barking with a juicy bone,
Silence the pianos and with muffled drum
Bring out the coffin, let the mourners come.

Let aeroplanes circle moaning overhead
Scribbling on the sky the message He Is Dead,
Put crepe bows round the white necks of the public doves,
Let the traffic policemen wear black cotton gloves.

He was my North, my South, my East and West,
My working week and my Sunday rest,
My noon, my midnight, my talk, my song;
I thought that love would last for ever: I was wrong.

The stars are not wanted now: put out every one;
Pack up the moon and dismantle the sun;
Pour away the ocean and sweep up the wood.
For nothing now can ever come to any good.


Arrêter les pendules, couper le téléphone, 
Empêcher le chien d'aboyer pour l'os que je lui donne, 
Faire taire les pianos et les roulements de tambour 
Sortir le cercueil avant la fin du jour. 

Que les avions qui hurlent au dehors 
Dessinent ces trois mots Il Est Mort, 
Nouer des voiles noirs aux colonnes des édifices 
Ganter de noir les mains des agents de police 

Il était mon Nord, mon Sud, mon Est, mon Ouest, 
Ma semaine de travail, mon dimanche de sieste, 
Mon midi, mon minuit, ma parole, ma chanson. 
Je croyais que l'amour jamais ne finirait : j'avais tort. 

Que les étoiles se retirent, qu'on les balaye 
Démonter la lune et le soleil 
Vider l'océan, arracher les forêts 
Car rien de bon ne peut advenir désormais.


Partager cet article
Repost0

commentaires

B

Un poème sublime qui me touche énormément. Je l'avais mis sur mon blog il y a deux ans et je suis contente de le retrouver ailleurs !


Répondre
V

Oui, je l'aime beaucoup aussi, il est tellement vrai, peu importe la personne qu'on a perdue


C

Il en a écrit d'autres vraiment magnifiques ! c'est un poète génial !


Répondre
V

Eh bien je ne connais que celui-ci mais j'irai y voir de plus près;o)


K

Je ne le connaissais pas du tout (pourtant j'ai vu "4 mariages et un 1 enterrement"). merci pour cette découverte.


Répondre
V

Ah c'est le poème que lit matthew à l'enterrement de Gareth;o)


M

C'est vrai qu'il est beau ce poème  et très émouvant  aussi dans le film!


Répondre
V

Oui, moi je pleure à chaque fois;o)