Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : Les chroniques de Chrestomanci
  • Les chroniques de Chrestomanci
  • : bonjour et bienvenu(e)! j'ai créé ce blog pour présenter mes coup de coeur littéraires, mais pas seulement, je vais aussi parler ciné et musique. J'attends vos réactions et vos conseils...
  • Contact

En ce moment...

RAT-TARDIS.jpg

Vous Voulez Savoir...

2013 en lecture

Finale - Becca Fitzpatrick

L'affaire Jane Eyre - Jasper Fforde

1Q84 Livre 1, avril-juin - Haruki Murakami

Dracula - Bram Stoker

The Glass Key - Dashiell Hammett

Carmilla - Sheridan Le Fanu

1Q84 Livre 2 - Haruki Murakami

Harry Potter and the Philosopher's Stone - J.K. Rowling

The Beetle - Richard Marsh

Pride and Prejudice - Jane Austen

The colour of Magic - Terry Pratchett

The Guernsey Literary and Potatoe Peel Pie Society - Mary Ann Shaffer

Ce que je fais...

bafab.gif

 

Countdown to the next BAFAB Week:

 

 

 

membership

 

J'aime, un peu, beaucoup...

Un peu *
J'aime **
Beaucoup***
Passionnément ****
A la folie *****
Pas du tout *

Partenariats...





24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 09:00

nathaniel hawthorne

 

Nathaniel Hawthorne, né Hathorne (1804-1864) était un écrivain américain. Il a admiré la force de volonté de ses ancêtres puritains mais en même temps a condamné leurs actions. Il a d'ailleurs ajouté un W à son nom pour essayer de cacher le lien qui l'unissait à un de ses ancêtres qui fut le seul juge des procès de Salem à ne pas s'être répenti de ses actions.

Hawthorne n'a pas toujours pu vivre de sa plume, et a oocupé une bonne partie de sa vie un poste d'employé aux douanes de Salem. Il fréquenta Emerson et Thoreau qui l'initièrent au transcendentalisme et il vécut avec eux à Brook Farm, une communauté utopique qui ne lui apporta pas satisfaction. Il fit également la connaissance d'Herman Melville avec lequel il établit une longue amitié. Celui-ci lui dédia d'ailleurs son roman, Moby Dick.

Nathaniel Hawthorne est connu pour ses contes et ses romans. La plupart de ses nouvelles sont des allégories morales qui ont pour toile de fond la Nouvelle Angleterre puritaine.

 

Bibliographie non-exhaustive :

* Romans

Fanshawe (1828), The Scarlet Letter / La Lettre Ecarlate (1850), The House of the Seven Gables / La Maison aux Sept Pignons (1851), The Blithedale Romance / Valjoie (1852), The Marble Faun / Le Faune de Marbre (1860)

* Recueils de nouvelles

Twice-told tales (1837), Grandfather's Chair (1840), Mosses from an Old Manse (1846), The Snow-Image, and Other Twice-told Tales (1852), A Wonder-Book for Girls and Boys (1852), Tanglewood Tales (1853)

 

Pour plus d'informations : 

http://en.wikipedia.org/wiki/Nathaniel_Hawthorne

http://www.hawthorneinsalem.org/

Repost 0
Published by virginie - dans Biographie
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 09:01

Retrouvez la biographie de Wilkie Collins ici


the moonstone

****

 

Titre français : Pierre de Lune

Genre : Classique Anglais, Policier

Année de publication : 1868

Quatrième de couverture (traduction personnelle de l'édition Wordsworth Classics)

 

La Pierre de Lune, un diamant Indien d'une valeur inestimable, amené en Angleterre comme butin de guerre, est offert à Rachel Verrinder à l'occasion de son dix-huitième anniversaire. La nuit-même, la pierre est volée. Les soupçons se portent sur une servante bossue, sur le cousin de Rachel, Franklin Blake, sur une troupe mystérieuse de jongleurs Indiens, et sur Rachel elle-même

Le flegmatique Sergent Cuff est appelé, et avec l'aide de Betteredge, le majordome loquace amateur de Robinson Crusoe, le mystère de la pierre disparue est ingénieusement résolue.

 

 


La quatrième de couverture ne rend pas forcément justice à ce grand roman du 19ème siècle. Ce qui fait l'originalité de The Moonstone, autant en 1868 qu'en 2012, c'est la construction narrative choisie par Wilkie Collins. En effet, The Moonstone est composé de plusieurs récits par différents narrateurs. Chacun de ces narrateurs doit raconter les événements depuis la disparition du diamant en 1848 jusqu'à la découverte de la vérité un an plus tard, mais uniquement les événements auxquels il a été un témoin direct. Ainsi, l'ingéniosité de Collins nous fait passer d'un narrateur à l'autre mais tout en gardant une continuité logique dans les événements. Ces différents témoignages mettent le lecteur dans une situation de juge.

 

On retrouve parmi ces narrateurs, Gabriel Betteredge, le majordome très bavard, et qui ne manque pas une occasion de citer Robinson Crusoe, allant jusqu'à pratiquer la bibliomancie, et qui nous donne régulièrement son point de vue sur les femmes (pas forcément bon, hein). Miss Clack est la cousine de Rachel, une femme très pieuse (on émet beaucoup de doutes sur ce point) qui a tendance à laisser des prospectus et livres religieux un peu partout pour remettre les autres sur le droit chemin. Franklin Blake, le cousin de Rachel (et peut-être bien plus) est l'instigateur du rassemblement des témoignages. Ezra Jennings, l'assistant du docteur, dont l'histoire personnelle ne peut laisser indifférent. C'est un homme qui possède un terrible secret sur son passé, mais étant étranger, il inspire la méfiance partout où il passe, mais il jouera un rôle primordial dans la résolution du mystère de la disparition du diamant.

 

Wilkie Collins nous offre un florilège de personnages, tous plus intéressants les uns que les autres : Rosanna Spearman, la servante bossue, ancienne voleuse, amoureuse en secret de Franklin Blake; Rachel Verrinder, la propriétaire du Moonstone, qui hésite entre ses deux cousins, Franklin et Godfrey (mais hésite-t-elle vraiment?) et qui réagit de manière incompréhensible à la suite de la disparition; Godfrey Abblewhite, le bon samaritain bien sous tout rapport (ou pas?).

 

De plus, Wilkie Collins aborde plusieurs aspects de l'Angleterre du 19ème siècle, notamment la hiérarchie de la société, la condition féminine de l'époque, ou encore le rapport à l'Inde.

 

Vous l'aurez compris, The Moonstone est un chef-d'oeuvre mêlant avec brio suspense et rebondissements, humour et drame, et le tout par le seul pouvoir du point de vue multiple de l'oeuvre. Diamant disparu, des indiens, une servante suspecte, des indices disparus, une lettre de suicide, de l'opium, un dieu Indien font de The Moonstone "le premier, le plus long et le meilleur des romans policiers anglais modernes" (T.S. Eliot).

 

Pour plus de romans de Wilikie Collins, je vous invite à vous rendre chez Cryssilda

 


Repost 0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 09:00

Wilkie Collins

 

Wilkie Collins (1824-1889) était un écrivain Anglais. Il a écrit trente romans, une soixantaine de nouvelles, quatorze pièces de théâtre, ainsi que plus d'une centaine d'autres textes non fictifs. Il fut très populaire à l'époque victorienne aux côtés de son ami, Charles Dickens. Ils ont d'ailleurs tout deux collaboré sur plusieurs oeuvres.

 

Pour la petite histoire, Wilkie Collins a déclaré en 1870 (Guerre franco-Prussienne) : " I begin to believe in only one civilising influence - the discovery one of these days of a destructive agent so terrible that War shall mean annihilation and men's fears will force them to keep peace."

 

Pour une bibliographie complète :

En anglais : http://www.online-literature.com/wilkie-collins/

En français : http://authologies.free.fr/collins.htm#biblio

Repost 0
Published by virginie - dans Biographie
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 23:40

Bonjour à tous!

 

J'espère qu'il reste quelques uns de mes lecteurs en attente de nouveauté après tout ce temps de séparation.

J'ai eu une année quelque peu mouvementée et très occupée. Les exams sont passés pour cette année, et le besoin s'est fait ressentir de partager avec vous mes dernières découvertes. Je ne sais pas combien de temps je resterai parmi vous, mais j'espère que j'aurai plus l'occasion de passer par ici que l'année passée.

J'en ai même oublié de fêter les 6 ans des Chroniques de Chrestomanci le 21 mai dernier. 6 ans, déjà !?!

Au programme donc pour les prochaines semaines :

The Moonstone de Wilkie Collins, The scarlet letter de Nathaniel Hawthorne, Jane Eyre de Charlotte Brontë, Wide Sargasso Sea de Jean Rhys, Games at Twilight d'Anita Desai, The Castle of Otranto d'Horace Walpole, The Piano Lesson d'Auguste Wilson, Dr Faustus de Marlowe et peut-être qu'éventuellement je vous raconterais mes aventures avec As You Like It de Shakespeare, The Aspern papers de Henry James. Le tout sera assaisonné d'un peu de poésie, car bien qu'il ne m'ait pas porté chance à mon oral de littérature, j'ai beaucoup aimé certains poèmes de Langston Hughes. En revanche, je ne partagerai pas avec vous mon expérience avec T.S. Eliot, car je pense ne pas avoir assez bien perçu toute la subtilité de The Wasteland.

 

J'espère donc que vous me suivrez dans ces nouvelles aventures des Chroniques de Chrestomanci.


A bientôt

Repost 0
Published by virginie - dans Bavardages
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 09:21

yobi.jpg

****

Genre : Animation Japonaise

Réalisateur : Lee Sung-Gang

Sortie DVD : 2006

Synopsis :

Yobi est un renard à cinq queues qui vit sur la colline depuis des millénaires. Au fur et à mesure, la ville s'est développée au pied de cette colline. Un lieu que les humains redoutent, effrayés par les renards à cinq queues pouvant dérober leur âme et devenir humains à leur tour. Pour les approcher, Yobi met à profit son aptitude à se transformer en jeune fille. Elle se lie d'amitié avec le jeune Geum-Ye lorsqu'un chasseur de renards fait son apparition...

 


Ce film est une petite merveille de l'animation coréenne, digne de concurrencer Miyazaki. Une histoire toute simple sur fond de légende coréenne, le fameux renards à neuf queues que l'on retrouve également en Chine ou au Japon.

Petite histoire du renard à neuf queues :

Le renard lorsqu'il atteint un âge avancé peut se transformer, et des queues lui poussent au fur et à mesure. Le renard à neuf queues est un être maléfique, qui peut prendre l'apparence d'une belle jeune femme pour aller dérober des âmes et créer la zizanie parmi les humains.

Ici pour le renard à cinq queues, je ne sais pas, mais il s'avère en regardant Yobi que le renard à cinq queues est loin d'être un être maléfique.

Yobi, qui vit avec des extra-terrestres tout rigolo, découvre ce qu'est l'amour quand elle rencontre Geum-Ye. Et elle voudrait devenir humaine. Elle tombe entre les mains d'un être malfaisant qui est à la recherche d'une âme, et elle est prise au piège.

Je ne vais pas vous raconter la fin, mais je la trouve pas si terrible parce que l'on reste un peu sur notre faim et je trouve ça un peu dommage.

Mais pour vous convaincre voici un petit extrait, la chanson du Sphinx (Cel c'est pour toi;o))

Et pour bien rigoler la voici en version coréenne

 

 

Et si vous n'êtes toujours pas convaincu, je ne sais pas quoi vous dire de plus;o)


Repost 0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 09:01

Retrouvez la bio- et la bibliographie de Terry Goodkind ici

wizard-s-first-rule.jpg

****

Genre : Heroic Fantasy

Série : The Sword of truth n°1 / L'épée de vérité n°1

Editeur américain : Tor : 5,82€

Editeur français : Bragelonne (La première leçon du sorcier) : édition découverte : 10€

Quatrième de couverture

Depuis le meurtre de son père, Richard parcourt les forêts du Westland, à la recherche des assassins. C'est alors qu'il sauve Kahlan, une jeune femme poursuivie par des hommes au service de Darken Rahl, le tyran qui règne sur les Midlands. Pour protéger les habitants du Westland contre Rahl, les sorciers ont érigé une mystérieuse frontière dont nul ne revient. Pourtant Kahlan a réussi à la franchir. Qui est-elle vraiment ? Désormais, le destin de Richard est lié à celui de cette jeune fille belle comme une déesse : tous deux ont une mission à accomplir, et tous deux sont traqués... 

 

 


Après mes examens en juin, j'ai connu une grande panne de lecture, rien n'était à la hauteur pour me faire reprendre, jusqu'à ce que je tombe à la télé sur la série Legend of the Seeker, et là je me suis dit " tiens j'ai le premier tome depuis un moment déjà", et voilà. Ce qu'il me fallait c'était une bonne dose d'Heroic Fantasy et la machine était repartie. Enfin, je dois préciser qu'elle est repartie au ralenti mais quand même.

Comment faire un résumé de Wizard's first rule sans spoiler, ce n'est pas évident, parce qu'il se passe tellement de choses. Bon déjà je peux dire que Richard Cypher est un Sourcier, ce sera une surprise pour personne;o) Donc en fait, lui seul peut découvrir la vérité. Il doit partir en quête accompagné de Kahlan, la dernière Inquisitrice, et Zedd, le grand sorcier. Ensemble ils doivent empêcher Darken Rahl de s'emparer de la dernière boîte d'Orden et soit régner sur le monde ou bien le détruire.

The Sword of Truth est une série à la hauteur du Seigneur des Anneaux concernant les descriptions des paysages, et le caractère des personnages. Un grand soin est apporté à tous ces personnages. Ce qui est appréciable justement concernant les personnages, c'est qu'on n'a pas de vrais gentils, des vrais méchants oui, mais on découvre parfois le côté obscur de nos héros, autant Richard que Kahlan.

Le schéma est assez typique de l'Heroic Fantasy donc pas vraiment de surprises, mais des passages assez surprenants, et assez violents, bien que l'ensemble soit assez gentillet. Je précise que je dis ça, ce n'est en aucun un point négatif pour moi, car j'ai beaucoup aimé, mais je suis actuellement en train de lire Game of Thrones, et donc The Sword of Truth paraît tout à fait gentillet en comparaison.

La suite m'attend déjà, mais je suis déjà très très très (très?) en retard dans mes lectures de cours, donc je prévois pour le moment de finir le premier tome de Game of Thrones et après les 12 oeuvres qui m'attendent pour les cours de littérature;o)

Oups j'ai oublié de vous dire... Je suis bien entendu tomber amoureuse de Richard, même si j'avoue que la concurrence est rude et que je n'ai aucune chance;o)

 

Repost 0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 09:00

terry-goodkind.jpg

Terry Goodkind est né en 1948 à Omaha dans le Nebraska. Il a étudier l'Art à l'Université avec une spécialisation dans la faune et la flore.

Avant de se lancer dans l'écriture, il a exercé différents métiers tels que charpentier, luthier ou encore restaurateur d'objets anciens.

Malgré son problème de dyslexie qui a rendu pour lui la lecture difficile, il se lance en 1993 dans son premier roman, Wizard's first rule (La première leçon du sorcier), qui sera le premier tome d'une longue série : L'épée de vérité.

Bibliographie

* The sword of truth / L'épée de vérité : Debt of bones / Dette d'os (préquelle, 1998); Wizard's first rule / La première leçon du sorcier (1994); Stone of tears / La pierre des larmes (1995); Blood of the fold / Le sang de la déchirure (1996); Temple of the winds / Le temple des vents (1997); Soul of fire / L'âme du feu (1999); Faith of the fallen / La foi des réprouvés (2000); The pillars of creation / Les piliers de la création (2001); Naked empire / L'empire des vaincus (2003); Chainfire / La chaîne de flammes (2005); Phantom / Le fantôme du souvenir (2006); Confessor / L'ombre d'une inquisitrice (2007); The Omen machine (2011)

* Thrillers : The Law of Nines (2009); The Hinges of Hell (date encore inconnue)

 

Repost 0
Published by virginie - dans Biographie
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 14:43

Bonjour à tous!

 

Ca fait bien longtemps que je ne me suis pas attardée ici, et je compte bien reprendre petit à petit. Ce sera sûrement au ralenti, parce que mes lectures sont au ralenti et mes visionnages de films aussi;o) En plus je reprends bientôt l'école donc j'aurai encore moins de temps.

Et j'ai encore beaucoup de choses à faire, notamment les résultats des deux derniers RAT qui sont toujours en attente, alors ne désespérez pas, ça viendra!

Je ne pourrais pas non plus aller visiter vos blogs aussi souvent qu'avant, mais je viendrai de temps en temps passer un petit bonjour.

Je vous souhaite une bonne rentrée à tous!


A bientôt

Repost 0
Published by virginie - dans Bavardages
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 13:18

A l'occasion de la seconde rencontre du Swap au Long Cours édition 2011, organisé par Bladelor, Céline et moi avons opté pour le thème de l'Asie avec spécialité Japon.

 

Voici donc ce que contenait le colis de Céline qui m'a beaucoup gâtée :

 S6302465.JPG

- Hello Kitty au point de croix (c'est trop génial pour quand j'aurai le courage et le temps de me remettre au point de croix)

- Tokyo : All alone in the big city de Graham Marks

- Tokyo mew mew de Mia Ikumi et Reiko Yoshida

- un tableau Kokeshi

- des personnages Hello Kitty

- des porte-mines Hello Kitty et des étiquettes pour bien préparer ma rentrée

- un savon Hello Kitty

 

Quant au colis que j'ai préparé pour Céline, il contenait :

 S6302462.JPG

- Tsubaki : Le poids des secrets 1 de Aki Shimazaki (ce qui fut une erreur, parce que Céline l'avait déjà, mais l'erreur sera très bientôt réparée)

- Un cri d'amour au centre du monde de Kyoichi Katayama

- Mon beau cheval noir de Chengzhi Zhang (un roman que j'ai lu il y a quelques années déjà et que j'avais trouvé magnifique)

- Une kokeshi en porte-clé, Jade, parce que "Un ami écoute avec le coeur"

- Un nekko porte-bonheur

- Un nekko porte-bonheur en bijou pour téléphone portable

S6302464.JPG

 

Nous nous remercions toutes deux mutuellement pour ce joli swap, et vivement le prochain!

Repost 0
Published by virginie - dans Swap - Loto
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 11:30

le-pianiste.jpg

****

 

Genre : Drame, Historique

 

Date de sortie : 25 septembre 2002

 

Réalisateur : Roman Polanski

 

Scénaristes : Ronald Harwood; Roman Polanski

 

D'après l'oeuvre de Wlasyslaw Szpilman

 

Casting : Wladyslaw Szpilman / Adrien Brody; Dorota / Emilia Fox; Henryk / Ed Stoppard; Capitaine Wilm Hosenfeld / Thomas Kretschmann

 

Synopsis AlloCiné

Durant la Seconde Guerre mondiale, Wladyslaw Szpilman, un célèbre pianiste juif polonais, échappe à la déportation mais se retrouve parqué dans le ghetto de Varsovie dont il partage les souffrances, les humiliations et les luttes héroïques. Il parvient à s'en échapper et se réfugie dans les ruines de la capitale. Un officier allemand, qui apprécie sa musique, l'aide et lui permet de survivre.

 


J'avais vu ce film à sa sortie donc il y a longtemps et je ne m'en souvenais que vaguement, marquée surtout par la prestation d'Adrien Brody. Et cette semaine, au boulot on en a parlé, du coup hop, hier soir je l'ai revu, et j'ai réussi à ne pas pleuré pour une fois. Ce film est très dur, comme la plupart des films relatant l'histoire des juifs durant la seconde Guerre Mondiale. Ici on est à Varsovie, en Pologne et on suit Wladyslaw Szpilman, un pianiste talentueux. On le suit d'abord avec sa famille, déménageant dans le guetto juif, ensuite dans une usine allemande, puis sa séparation avec sa famille quand celle-ci est déportée dans un camp de concentration. On suit ensuite Szpilman dans sa lutte pour sa survie, se cacher, devoir faire confiance à des inconnus, la terreur d'être découvert.

 

 

J'avais la mauvaise fin en tête, parce que j'étais persuadée qu'il mourait, mais ouf. Mais ayant cette idée dans la tête, j'ai vraiment eu peur quand les américains ont débarqué, et lui ont tiré dessus parce qu'il portait le manteau d'un soldat allemand, Wilm Hosenfeld, qui donne cette image que tous les soldats allemands n'étaient pas inhumains.

 

C'est un film qui révolte, mais qui fait aussi réfléchir sur plusieurs points. Si j'avais été à la place des allemands, qu'aurais- je fait? Il est facile de les condamner, avec un regard contemporain, mais si j'étais née allemand, à cette époque, enrôlé dans l'armée, qu'est-ce que j'aurais fait? Aurais-je aidé des gens? Aurais-je suivi les ordres comme un bon soldat? Aurais-je été la première à aller déloger des juifs de chez eux pour les mettre dans la rue et les éxécuter juste pour le plaisir? Je ne peux pas répondre à cette question. Je pense que je n'aurais pas pu laisser faire ces choses sans réagir, mais aurais-je eu la force justement de réagir?

 

Et l'autre chose que j'ai du mal à comprendre, mais là encore, comment juger quand on n'a pas vécu la même chose. Tant de juifs se sont laissés tués sans rien faire. Pourquoi? Quitte à être éxécuté, autant l'être en se révoltant, non?

 

Vous l'aurez compris, beaucoup d'émotions dans ce film. Et Adrien Brody joue magnifiquement, et quand je dis ça je ne mens pas. Jugez-en par vous-même. Il est vrai qu'il fait partie de mes chouchous, mais ce n'est pas pour rien;o)

 


Repost 0