Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : Les chroniques de Chrestomanci
  • : bonjour et bienvenu(e)! j'ai créé ce blog pour présenter mes coup de coeur littéraires, mais pas seulement, je vais aussi parler ciné et musique. J'attends vos réactions et vos conseils...
  • Contact

En ce moment...

RAT-TARDIS.jpg

Vous Voulez Savoir...

2013 en lecture

Finale - Becca Fitzpatrick

L'affaire Jane Eyre - Jasper Fforde

1Q84 Livre 1, avril-juin - Haruki Murakami

Dracula - Bram Stoker

The Glass Key - Dashiell Hammett

Carmilla - Sheridan Le Fanu

1Q84 Livre 2 - Haruki Murakami

Harry Potter and the Philosopher's Stone - J.K. Rowling

The Beetle - Richard Marsh

Pride and Prejudice - Jane Austen

The colour of Magic - Terry Pratchett

The Guernsey Literary and Potatoe Peel Pie Society - Mary Ann Shaffer

Ce que je fais...

bafab.gif

 

Countdown to the next BAFAB Week:

 

 

 

membership

 

J'aime, un peu, beaucoup...

Un peu *
J'aime **
Beaucoup***
Passionnément ****
A la folie *****
Pas du tout *

Partenariats...





31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 09:00

the-many-hands.jpg

***

Genre : Science-Fiction


Série : Doctor Who


Editeur anglais : BBC Books : 8,59€

 

Traduction personnelle de la quatrième de couverture

 

Edimbourg, 1759.

 

Le Nor'Loch se remplit. Si vous demandez aux soldats là-bas, ils vous diront que c'est un cloaque puant dont la ville pourrait se passer. Mais ça n'explique pas pourquoi les travailleurs refusent de s'approcher de ce lieu sans un garde armé.

 

Cela n'explique pas pourquoi ils murmurent des histoires sur le lac rendant ses morts, sur le pasteur qui est entré dans son église douze ans après sa mort...

 

Cela n'explique pas pourquoi, alors qu'ils travaillent, ils parlent d'un homme appelé Le Docteur.

 

Et des nombreuses mains d'Alexander Monroe

 

 


J'ai reçu ce livre dans le cadre du Swap Around Your World, et Cryssilda m'a proposé qu'on en fasse une lecture ensemble. Elle m'avait mis un petit mot pour me dire qu'elle n'avait pas pu résister puisqu'à ce moment-là je lisais The Forest of Hands and Teeth.

Si vous faites le rapprochement, vous aurez compris que le Docteur doit affronter des zombies dans ce livre, avec Martha à ses côtés.

 


L'histoire est sympa, Alexander Monroe s'est un jour retrouvé avec une main accrochée à sa jambe, et cette main lui a fait poussé un second lui. Ces mains se dupliquent à la vitesse de l'éclair, et sachant que faire s'accroche aux morts et les font revenir.


Bien sûr, le Docteur est là pour comprendre ce qu'il se passe, et résoudre l'affaire. Il y a bien entendu, parce que eh, c'est Doctor Who, souvenez-vous, une histoire d'aliens là-dessous.


Martha de son côté a affaire avec une sorte de docteur Frankenstein qui se sert de ces mains dans un but sombre.


J'ai aimé l'histoire, mais malheureusement, je dois bien l'avouer, Doctor Who reste pour moi quelque chose de visuel. J'ai donc eu un peu de mal pendant ma lecture. Je me suis sentie un peu perdue à plusieurs reprises.


J'aurais vraiment préféré le voir que le lire.


En revanche, les personnages sont rendus à la perfection. Je visulisais Martha et le Docteur, mais surtout les dialogues prenaient forme dans ma tête. J'entendais la voix de Martha et du Docteur qui lui disait "Run!".


J'en ai d'autres à lire que j'avais reçus dans le cadre du Doctor Swap, peut-être que la lecture passera mieux pour ceux-là.

 


Partager cet article
Repost0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 09:00

Retrouvez la bio- et la bibliographie de Karen Marie Moning ici

darkfever.jpg

***

Genre : Urban Fantasy


Série : Fever / MacKayla Lane n°1


Titre français : Fièvre noire


Editeur américain : Dell Romance : 6,50€


Editeur français : J'ai Lu : 11,40€

 

Traduction personnelle de la quatrième de couverture


Mon nom est macKayla, Mac pour faire court. Je suis une sidhe-seer, quelqu'un qui voit les fae, un fait que j'ai accepté seulement récemment et avec beaucoup de réticence.


Ma philosophie est assez simple - les jours où personne n'essaie de me tuer sont des bons jours dans mon livre. Je n'ai pas eu beaucoup de bons jours récemment. Pas depuis que les murs entre les Hommes et les Fae sont tombés. Mais il n'y a pas de sidhe-seer en vie qui a eu de bons jours depuis.


Quand la soeur de MacKayla a été tuée, elle a laissé un seul indice sur sa mort - un message énigmatique sur le portable de Mac. Mac décide de partir en Irelande à la recherche de réponses, et sera confrontée à un challenge encore plus grand : rester en vie assez longtemps pour maîtriser un pouvoir qu'elle ne savait pas du tout posséder - un don qui lui permet de voir au-delà du monde des hommes, dans le royaume dangereux des faes...


Alors que Mac fouille plus profondément dans le mystère de la mort de sa soeur, chacun de ses mouvements est suivi par le sombre et mystérieux Jericho...alors qu'en même temps, l'impitoyable V'lane - un fae alpha qui fait du sexe une drogue pour les femmes humaines - se rapproche d'elle. Alors que la frontière entre les mondes commence à s'effriter, la véritable mission de Mac devient claire : trouver l'insaisissable Sinsar Dubh avant que quelqu'un d'autre ne trouve le Livre Sombre de tous les pouvoirs - parce que qui trouve le livre en premier ne détient dans ses mains rien d'autre que le contrôle complet des deux mondes...



Ce livre est rafraîchissant. On retrouve ici une héroïne forte et pas ennuyeuse du tout sous ses allures de Barbie. Mac adore le rose, être bien habillée, mais elle n'est pas une Barbie.

 

J'ai beaucoup apprécié ce personnage haut en couleur, et Mac m'a fait beaucoup rire.


Ici, on se retrouve dans le monde des Fae, et beurk... Franchement, je ne voudrais pas me retrouver face à l'un d'eux. D'une part parce que les Unseelie (opposé aux Seelie) sont affreux, mais surtout tous ils sont méchants. Quand aux Seelie, qui sont beaux, ils n'en restent pas moins méchants et dangereux, et honnêtement, je n'ai pas envie qu'il m'arrive la même chose que Mac au musée.


Après tout est relatif, parce que le fait de ne pas savoir qui ils sont, on peut tomber dans leur piège sans le savoir, et c'est bien malheureux.


Ce qui est intéressant ici, c'est que Karen Marie Moning nous emmène en Irelande, véritable pays des Fae.


Jusqu'à la fin, j'ai cru que Jericho était un méchant finalement, mais qu'il allait se passait quelque chose entre lui et Mac. Finalement il ne s'est rien passé, mais j'ai découvert que je m'étais trompée. Enfin je crois. Et qu'il risque de se passer quelque chose entre eux par la suite.


Malheureusement je vais devoir attendre pour lire la suite, parce que mon budget ne me le permet pas, et j'ai énormément de livres en attente.


Merci à Hydro pour le cadeau, et vous pouvez voir qu'elle aussi a énormément aimé.

 


Partager cet article
Repost0
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 18:58

 Retrouvez la bio- et la bibliographie de Patricia Briggs ici

 

silver-borne.jpg

**** 

Genre : Urban Fantasy


Série : Mercy Thompson n°5


Autres titres dans la série : Moon Called / L'appel de la lune; Blood Bound / Les liens du sang; Iron kissed /Le baiser du fer; Bone Crossed / La croix d'ossements


Editeur américain : Ace Books : 19,59€


Editeur anglais : Orbit : 8,38€

 

Traduction personnelle de la quatrième de couverture


Etre mécanicienne est un dur travail. Mercy Thompson, par exemple, vient de passer les deux derniers mois à essayer de d'échapper à l'effroyable reine de la communauté locale de vampires. Et maintenant, l'alpha de la meute de loup-garou, qui est aussi peut-être-plus-qu'un-simple-ami, lui demande son aide.

Un livre regroupant les secrets des fae est mis à la lumière, et ils sont tous sur le point de découvrir à quel point les fae peuvent être implacable - et dangereux.


Ok, peut-être que ça n'a rien à voir avec le boulot. Mais elle a vraiment besoin de vacances...


Parfois, je me demande vraiment si les personnes qui écrivent les résumés ont vraiment lu les livres avant. Adam n'a pas demandé l'aide de Mercy, ce serait même plutôt l'inverse. Du coup, il faut que je fasse mon propre résumé, alors attention aux spoilers!


Mercy et Adam sont désormais officiellement liés. Mais Mercy continue de vivre dans sa caravane avec Samuel. Samuel qui essaie de se tuer en jetant sa voiture dans la rivière. Mais il est sauvé par un policier. Seulement son loup décide de prendre le dessus. Normalement, Mercy devrait appelé Bran, le Marrok qui tuerait Samuel. Parce qu'un loup qui prend le gouvernail c'est une machine à tuer. Mais pas Sam. Donc Mercy réussit à gagner un peu de temps pour lui.


Mais Mercy est sur les traces de Phin qui lui a prêté un livre sur les secrets des fae et il semble avoir disparu. Alors qu'elle est à sa recherche avec Sam, sa maison prend feu, et Adam la croyant à l'intérieur est gravement blessé. Quelque chose de louche se trame au coeur de la meute, et quelqu'un essaie de punir Mercy d'être dans la meute et de prendre avantage de la faiblesse d'Adam.


Mercy tombe entre les mains d'une reine fae qui est après le Silver Borne, un objet magique qui pourrait changer les règles.


*** Fin des spoilers***


Comme toujours Mercy semble aimer le danger. Elle ne peut pas s'en empêcher, partout où elle va, il est là. Et comme toujours Adam est là pour la sauver. J'ai adooooooooooooré ce livre. Le trio Mercy-Adam-Samuel est fantastique, même si maintenant on devrait parler du couple Mercy-Adam.


Au début de la série, j'avais une grande préférence pour Samuel, mais au fil des volumes je me suis attachée à Adam, et je dois bien admettre qu'il est soooooooooooo hot!!


J'ai eu peur dans ce volume, entre Samuel qui a perdu le contrôle et Adam dans un sale état, j'avais peur que l'un des deux meurt. Mais je me suis dit que c'était impensable. Si c'était le cas, il faudrait que je me transforme en Annie Wilkes, et je devrais enlever et sequestrer Patricia Briggs, lui casser les jambes pour qu'elle ne puisse pas s'enfuir et qu'elle fasse revivre le disparu!  Bon je ne peux pas en dire plus, mais comme on dit chez nous, tout est bien qui finit bien. Ouf j'ai évité de peu de devenir une psychopathe moi!


Et ce combat avec Paul, waouh! Adam, quel homme!


La seule chose que je n'ai pas trop aimé, c'est que Samuel se retrouve un peu comme Jake dans Twilight, la cinquième roue du carrosse. Et c'est tellement triste, et bla bla bla, donc il faut lui trouver quelqu'un pour le sauver. Et c'est une fae qu'il a sauvée il y a fort fort longtemps. Il était tombé amoureux d'elle, et elle de lui, mais ils furent séparés, et maintenant ils se rencontrent à nouveau...

 


Partager cet article
Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 10:59

storm-front.jpg

**

Genre : Fantasy


Série : The Dresden Files n°1


Editeur américain : Roc


Editeur anglais : Orbit : 10,70€


Editeur français : Milady : 7€ sous le titre Avis de tempête


Retrouve les objets perdus. Enquêtes paranormales. Consultation. Conseil. Prix raisonnables. Pas de potions d'amour, bourses sans fond ou autres divertissements.


Harry dresden est le meilleur dans ce qu'il fait - et pas seulement parce qu'il est le seul à le faire. Donc quand la police de Chicago se retrouve sur une affaire qui dépasse les capacités humaines, ils viennent le trouver pour avoir des réponses. Parce que le monde quotidien n'est pas aussi "quotidien" qu'il y paraît. D'ailleurs, le monde est plein de choses étranges et surnaturelles - et la plupart n'intéragissent pas bien avec les humains. C'est là que Harry intervient. Il faut bien un sorcier pour attraper un... ben, quoique ce soit que la police a du mal à attraper cette fois.


Il y a juste un problème. Les affaires, pour le moins que l'on puisse dire, craignent. Donc quand la police l'amène pour une consultation sur un double meurtre effroyable, commis à l'aide de magie noire, Harry voit des dollars. Mais là où il y a magie noire, il y a un mage noir derrière. Et maintenant ce mage connaît le nom de Harry. Et c'est là que les choses commencent à être...intéressantes.


La magie. Ca peut vous tuer un homme.



J'avais ce livre dans ma bibli depuis bien longtemps. En fait depuis que j'avais vu sur une des couv de Weather Warden et avec Hydro on s'est dit qu'on allait en faire une lecture commune. Bon elle l'a fini bien avant moi;o) un commentaire de Jim Butcher. Puis récemment avec


J'ai lu beaucoup de bonnes critiques sur cette série. Et j'en attendais donc beaucoup. Mais la magie n'a pas opéré avec moi. Je ne blâme ni le livre ni l'auteur. Je pense que le problème ici c'est moi. D'abord, comme je le disais, j'attendais beaucoup (trop peut-être?) de cette série. Et ensuite, je l'ai lu alors que j'étais très très fatiguée, et la lecture a été très difficile, parce que je m'endormais toutes les 30 pages (voire moins surtout à la fin). Donc il m'a été difficile de rentrer vraiment dans l'histoire, d'ailleurs je crois que je n'ai pas réussi.


J'ai aimé, l'histoire est bonne. J'aime Harry Dresden, même si parfois je ne le comprends pas. J'ai aimé que ses deux affaires soient finalement une seule, quand Harry comprend tout mais qu'il ne nous le dit pas tout de suite.


Je lirai la suite, mais je ne suis pas pressée. Je veux donné une seconde chance à cette série, et je veux être en forme quand je lirai le prochain pour vraiment l'apprécier à sa juste valeur et me faire une véritable idée sur ce que j'en pense.


Retrouvez l'avis d'Hydro ici, mais aussi de Chimère, et sassenach


 

Lu dans le cadre du 1st in a series Challenge et du lune2.JPG

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 09:00
Genre : Urban Fantasy

Série : Georgina Kincaid n°2

Autres tomes dans la série : Succubus Blues

Editeur américain : Kensington : 11,08€

Editeur français : Bragelonne : 20€ sous le titre Succubus Nights

L'amour fait mal, et personne ne le sait mieux que Georgina Kincaid. Si elle ne fait même qu'embrasser Seth Mortensen, le timide, sexy, et incroyablement talentueux écrivain de Seattle avec qui elle sort, elle absorbera sa force vitale. Georgina est une succube - un démon qui tire ses pouvoirs du plaisir des hommes. Il est vrai que le pouvoir de changer d'apparence et l'immortalité  sont des avantages fantastiques, et oui, Georgina a choisi de rejoindre les rangs de l'enfer quelques siècles auparavant. Mais il semble injuste qu'une femme-démon dont le but est la séduction ne puisse puisse pas être "hot and heavy" avec le seul mortel qu'elle connaît et qui l'accepte pour ce qu'elle est...

Ce n'est pas seulement sa vie personnelle qui est en plein chaos. Doug, le collègue de Georgina à la librairie locale, exhibe une étrange attitude, et Georgina suspecte que quelque chose de beaucoup plus démoniaque qu'un double expresso en est à l'origine. Elle pourrait avoir besoin d'aide pour le découvrir, mais Bastien, un incube irrésistiblement charmant et son meilleur ami immortel, est préoccupé par la corruption d'une star de la radio ultra-conservative - et à donner à Georgina quelques "viens-ici" vibrations hautement distrayantes. Georgina va devoir travailler en solo sur cette affaire- et rapidement, parce que bientôt, la vie de Doug ne sera plus la seule en ligne...


J'ai été un peu déçue par ce second volet de la série Georgina Kincaid, après l'époustouflant Succubus Blues. Ici l'intrigue n'est pas au top, malgré le titre du livre. Un démon distribue de la nourriture des dieux parmi les humains, ce qui les mène à croire qu'ils sont complètement invincible, et qui fait ressortir leurs meilleurs talents. En revanche, ce qui est vraiment développé ici c'est la relation entre Georgina et Seth, l'écrivain super sexy, qui ne me fait personnellement aucun effet. J'ai plutôt l'impression que leur relation tourne en rond au final.

Il n'y a finalement pas grand chose à dire sur ce volume. Le côté humour est toujours aussi bien présent, et j'aime toujours autant la répartie mordante de Georgina et son côté gaffeuse.

Je continuerai la série, parce que malgré ma déception, j'ai quand même apprécié cette lecture, et je me suis attachée à Georgina, j'ai donc envie de savoir ce qui va lui arriver, et où sa relation avec Seth va la mener.

Un petit passage rigolo, quand Georgina et Seth jouent au Scrabble :

" - Attends, ce n'est pas un mot, dit-il.
Je baissai les yeux sur le jeu, où dans un moment de désespoir, j'avais joué zixic sur un mot-compte-triple.
- Uh, bien sûr que si.
- Et ça veut dire quoi?
- c'est comme...quixotic, mais avec plus de...
- Conneries?
J'éclatai de rire. Je ne l'avais jamais entendu jurer avant.
- Plus de zèle. D'où le z.
- Utilise-le dans une phrase.
- Hummm...'Tu es un écrivain zixic
- Je ne le crois pas.
- Que tu es zixic?
- Que tu essaies de tricher au Scrabble.
Il se pencha en arrière dans mon  canapé, secouant la tête.
- Tu vois, j'étais prêt à accepter tout le truc démoniaque, mais là c'est extrême.
- Hey, ce n'est pas de la triche. Juste parce que ton vocabulaire limité n'inclut pas ce mot ne veut pas dire qu'il y a quelque chose de sinistre qui se passe.
- Tu veux vérifier dans le dictionnaire?
- Hey, dis-je de façon hautaine, je n'apprécie pas ton ton zixistic.
- Si tu n'étais pas une femme si zixic, je serai en colère.
- Ton zixicism est exaspérant."


Partager cet article
Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 19:49
Retrouvez la bio- et la bibliographie de Richelle Mead ici

succubus-blues.jpg****
Genre : Urban Fantasy

Série : Georgina Kincaid n°1

Editeur américain : Kensington : 11,55€

Editeur anglais : Bantam : 9,64€

Editeur français : Bragelonne, L'Ombre : 20€

Succubus (n.) : Démon séduisant et qui peut changer de forme, qui séduit et satisfait sexuellement les hommes mortels.
Pathétique (adj.) : Une succube avec de superbes chaussures, mais aucune vie sociale. Voir : Georgina Kincaid.


Quand on en vient aux boulots de l'enfer, être une succube semble assez glamour. Une fille peut être tout ce qu'elle veut., la garde-robe est monstrueuse, et les hommes feraient n'importe quoi pour être seulement touché. Ok, souvent, ils en paient de leur âme, mais pourquoi parler technique?

Mais la vie de la succube de Seattle, Georgina Kincaid, est loin d'être aussi éxotique. Son patron est un démon cadre-intermédiaire qui a quelque chose avec les films de John Cusack, et elle ne peut pas avoir un rendez-vous décent sans aspirer une partie de la vie du gars. Au moins, il y a son boulot de jour dans une librairie locale : des livres gratuits; Tous les mokas au chocolat blanc qu'elle peut boire; et un accès facile à Seth Mortensen, le célèbre et sexy écrivain, alias Celui Pour Lequel Elle Donnerait Tout Pour Le  Toucher Mais Ne Peut Pas.

Mais rêver de Seth devra attendre. Quelque chose de mauvais est en marche dans le monde secret des démons de Seattle. Et pour une fois, tous ses charmes et ses répliques à mourir ne l'aideront pas, parce que Georgina est sur le point de découvrir qu'il y a certaines créatures dehors que l'enfer et les cieux veulent tous deux nier...


Je suis une grande fan de la série de Richelle Mead, Vampire Academy. J'avais donc en toute logique acheté ce premier volume de sa série adulte, Georgina Kincaid. Mais sachant qu'une fois dedans j'aurais besoin de la suite, je l'avais laissé de côté, depuis un bon bout de temps je dois bien l'avouer. Et franchement, j'avais tort. Tanpis si je me ruine, au moins ça me fait plaisir;o)

Cette série est superbe. On retrouve une héroïne un peu à la Mercy Thompson. Georgina a du mordant, beaucoup d'humour, mais surtout elle voudrait être humaine. Elle vit comme une humaine, et son plus grand rêve serait de pouvoir aimer quelqu'un sans avoir peur de lui voler son âme et d'avoir des enfants. Choses qu'une succube ne peut avoir.

Je me suis retrouvée plusieurs fois à m'identifier à elle, pas par son côté succube, n'allez pas vous imaginez des choses. Non Georgina vit seule, avec sa chatte, Aubrey. Elle aspire à trouver l'amour, mais en attendant, elle se contente des livres de son auteur préféré de tous les temps, Seth Mortensen, notamment de sa série qui met en scène Cady et O'Neill. Elle travaille dans une librairie, ce qui va lui permettre de rencontrer Seth lors d'une signature.

Georgina ne peut s'en empêcher, mais elle attire tous les hommes qu'elle croise, c'est sa nature de Succube. Arrive Roman, un jeune apollon, qui va faire chavirer son coeur. La passion va naître.

Mais alors qu'elle essaie de ne pas s'engager ni avec Roman, ni avec Seth, une force mystérieuse tue des démons et des anges. Et Georgina reçoit des notes du coupable. Bien qu'étant mise en garde par son archidémon, Jerome, qui au passage est un sosie de John Cusack, elle mène sa petite enquête de son côté.

Elle finira pas découvrir certains secrets de démons et d'anges...

On sent dans ce livre que Richelle Mead possède une grande maîtrise religieuse en ce qui concerne les anges, notamment les nephilims, issus de l'union d'ange et d'humaines, ce qui a causé la chute de certains anges.

L'action finalement n'est pas super présente, mais rien que le fait de suivre Georgina dans ses aventures se suffit. J'ai beaucoup ri aussi, parce que franchement Georgina est une rigolote, pleine de répartie et une grande gaffeuse. J'adore notamment la scène où elle rencontre un fan de Seth Mortensen venu pour la signature, et lui prodigue quelques conseils sur les questions à ne pas poser, et déclare qu'elle serait prête à devenir son esclave sexuelle (merci cels ) pour avoir des copies d'avance de ses prochains livres. Et qu'il s'avère au final que c'est Seth Mortensen lui-même à qui elle s'adressait. Je ne dévoile rien en disant cela, parce qu'on le voit arriver gros comme une maison.

Des références à John Cusack que j'adore, tout comme Jerome apparement qui possède tous ses films en DVD, à Nancy Drew (alias Alice) parce que Georgina mène son enquête.

J'avais également mes doutes depuis le début sur une personne, et il s'avère qu'au final je ne m'étais pas trompée, mais il y a quand même une surprise à laquelle on ne s'attend pas.

Bon maintenant, passons à des choses un peu plus futiles, parlons sexy men!!! Je n'ai pas accroché sur Seth, ni sur Roman. Moi celui qui a fait chavirer mon coeur, c'est Carter, un ange, qui picole avec son pote démon, Jerome. Carter est je ne sais pas, il a quelque chose. Et je suis sens qu'on va en découvrir plus sur lui par la suite.

Bien entendu, la suite devrait arriver chez moi sous peu, et j'ai hâte de m'y mettre, sachant que je me suis encore faite avoir, mon édition me proposait de lire le premier chapitre de Succubus on top, et je me suis laisser prendre...

Retrouvez les avis de Celsmoon, Lulu, et Esmeraldae


Lu dans le cadre du challenge 1st in a series et du
lune2.JPG


Partager cet article
Repost0
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 11:00
Genre : Fantastique

Série : Weather Warden n°8

Autres titres dans la série : Ill Wind, Heat Stroke, Chill Factor, Wind Fall, Firestorm, Thin Air, Gale Force

Editeur américain : Roc Fantasy : 5,83€

Editeur français : Pas encore de traduction disponible

La gardienne du temps, Joanne Baldwin était supposée profiter de sa romantique lune de miel avec son nouveau mari, le Djinn David, et non pas fuir un ouragan qui veut la détruire. Aidés de ses collègues Gardiens et Djinn à bord d'un bateau de croisière de luxe piraté, Joanne a attiré la tempête dans une poursuite furieuse. Un seul problème : même tous leurs pouvoirs réunis pourraient ne pas être suffisant pour l'arrêter.

Et maintenant Joanne est attirée vers des territoires sombres inconnus, aussi bien dans la mer que dans une bataille pour sauver son âme...et si elle ne change pas de direction, ses camarades, les Wardens - et aussi les Djinn de David - n'auront d'autres choix que de se débarasser d'elle...


J'attendais cette suite avec impatience, et je suis un peu déçue. Bon, il est vrai que je ne l'ai pas lu dans les meilleures conditions non plus. Je l'avais commencé il y a un mois, et avec tous les soucis du déménagement, j'avais laissé tomber. Je l'ai donc repris depuis le tout début. Bon ne vous méprenez pas, j'aime toujours autant la série, et Joanne, et surtout David, mais je ne sais pas, j'ai l'impression que la série s'essouffle un peu et qu'il serait peut-être temps de s'arrêter. En tous cas, je ne sais pas si c'est le dernier ou pas, mais la fin est une vraie fin, et non pas seulement une fin de volume, mais une fin de série. Donc je suppose qu'effectivement c'est le dernier. Enfin bref, passons au plus intéressant quand même.

Dans Gale Force, Joanne et David se sont mariés, mais la cérémonie fut quelque peu gâchée par l'intervention de Bad Bob, qui veut absolument Joanne, et qui d'ailleurs réussit à la contaminer avec une marque de démon. Du coup, à cause de ça, Lewis se méfie d'elle, parce qu'elle peut devenir dangereuse si Bad Bob décide de l'utiliser. Et bien sûr c'est ce qu'il se passe. J'ai un sentiment mitigé vis-à-vis de l'attitude de Joanne dans ce volume. Parce que on connaît Joanne comme une femme prête à tout pour sauver le monde, elle déjà morte plusieurs fois, a été transformé en Djinn, a perdu la mémoire... Mais là elle est contaminée par la marque de Bad Bob qui s'étend, et qui lui offre un pouvoir inimaginable. Et on la voit se déchaîner, essayer de tuer Lewis (à la rigueur je peux comprendre;o)) mais aussi de pauvres humains sans défense, ce qui ne lui ressemble absolument pas. Le changement de caractère est intéressant, je l'avoue, voir Joanne méchante ça change un peu, mais quand elle veut s'en prendre à David, là c'est autre chose quand même...

David quant à lui est fidèle à lui-même, toujours aussi hot, aussi beau, aussi attentionné... l'homme idéal en somme. Sauf que bientôt il ne sera plus Djinn.

Attention Spoilers
Quand je dis que ce volume sonne comme une fin de série, c'est parce qu'à la fin, Joanne essaie de détruire le monde, mais elle n'est pas dans son état normal, mais David réussit à l'en empêcher, sauf que pour se faire, ils perdent tous les deux leurs pouvoirs, et se retrouvent humains. Enfin David devient humain parce qu'il était Djinn.

Mais bon, connaissant Rachel Caine, elle va bien réussir à nous trouver un nouveau rebondissement dans tout ça.
Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 10:26
Genre : Fantasy

Série : Le cycle des Princes d'Ambre n°1

Titre original : The Chronicles of Ambre : Nine princes in Amber

Editeur français : Folio SF : 6,00€

Editeur américain : Avon Book (L'intégrale) : 19,11€

Editeur anglais : Gollancz (5 premiers) : 10,33€

Quatrième de couverture
Un amnésique s'échappe d'un hôpital psychiatrique après avoir découvert le nom de la personne qui l'a fait interner : Flora, sa propre soeur. Celle-ci lui révèle qu'il se nomme Corwin, et qu'il est l'un des neuf frères qui se disputent le pouvoir au royaume d'Ambre, le seul monde réel dont tous les autres sont des reflets, des ombres; que les princes d'Ambre ont la faculté de parcourir ces univers parallèles par la puissance de leur seule volonté.
Recouvrant peu à peu la mémoire, Corwin entame un périlleux voyage en direction d'Ambre, glissant d'ombre en ombre dans le but de disputer au prestigieux Eric, le plus brillant des princes, le trône du royaume.


J'ai découvert cette série de Zelazny il y a plusieurs années sur les conseils de Celsmoon. Je me souviens que j'avais tellement accroché que j'avais acheté presque tous les volumes de la série (il ne m'en manque qu'un : le dernier), mais je me souviens aussi que j'ai abandonné alors que j'étais à la moitié du 7ème volume.

Dans les cinq premiers volumes, on suit l'histoire de Corwin, et dans les 5 suivants, on suit son fils, Merlin. Donc apparemment son fils est moins passionnant. Dans tous les cas, ça faisait longtemps que je voulais finir cette série, mais justement ça fait tellement longtemps que j'ai préféré la reprendre au début. En revanche, cette fois, je vais les lire en prenant mon temps, et en espaçant les différents volumes.

Dans Les neuf Princes d'Ambre, le premier volume, on rencontre Corwin, que l'on va suivre dans son périple pour d'abord retrouver la mémoire et ensuite essayer de prendre le trône d'Ambre. On découvre un nouveau monde, le seul monde réel, Ambre et toutes ces ombres. Notre Terre fait partie des Ombres d'Ambre, c'est d'ailleurs ici que Corwin s'est réfugié pendant des années. Les Ombres sont créées par les Princes d'Ambre. Ils ont la faculté de façonner des mondes à leur bon vouloir, simplement en imaginant.

Corwin est un des fils du grande famille. Oberon son père, le roi d'Ambre, est mort. Maintenant les fils créé des alliances entre eux pour essayer d'obtenir le trône, ou du moins une bonne place. Eric a réussi, il est le seul à n'avoir jamais quitté Ambre, et il a tout essayer pour se débarasser de Corwin, son seul adversaire menaçant, notamment de le tuer plusieurs fois.

Mais Corwin qui retrouve peu à peu la mémoire décide de l'empêcher de se couronner. Malheureusement les choses ne vont pas comme prévues, et Corwin sera emprisonné pendant de longues années par son frère Eric.

Au début, j'ai trouvé ça un peu trop, quand Corwin s'échappe de l'hôpital, se rend chez Flora, il ne se rappelle absolument rien, mais réussit à tirer des informations à tout le monde en faisant semblant. J'ai trouvé ça trop, parce que je n'y ai pas cru. Mais bon je ne peux pas le nier, c'était vrai, mais ça faisait trop faux. Mais on se laisse embarquer dans cette aventure, on découvre Ambre, la majestueuse, on va faire la guerre, on va lutter contre des tempêtes mortelles, on reste avec Corwin, aveugle enfermé dans sa cellules pendant de nombreuses années. On se prend vraiment au jeu.

Bien sûr le premier volume est vraiment une mise en place de ce monde. On y découvre qu'Ambre est le seul monde réel, que tous les autres sont ses Ombres. Que les Princes d'Ambre ont une façon particulière de voyager, grâce à un jeu de carte où chacun d'eux est représenté comme un atout, et avec un peu de concentration ils peuvent entrer en contact par le biais de ces cartes et même passer au travers. Plein de petites choses comme ça qui font que l'on devient accro à cette série.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 00:14
Genre : Fantasy urbaine

Titre français : Neverwhere

Editeur Anglais : Headline Review : 9,42€ (ce texte est le préféré de l'auteur, car il en existe plusieurs versions)

Editeur français : J'ai Lu : Indisponible

Sous les rues de Londres, il y a un endroit que la plupart des gens ne pourraient même pas rêver. Une ville de monstres et de saints, de meurtriers et d'anges, de cavaliers en armure et de filles pâles en velours en noir. C'est la ville des gens qui sont tombés dans l'oubli.

Richard Mayhew, un jeune homme d'affaires, va en découvrir plus qu'il n'en faut sur cet autre Londres - un seul acte de gentillesse le catapulte hors de son existence ordinaire et dans un monde qui est à la fois étrangement familier et complètement bizarre.

Et une étrange destinée l'attend en-bas, sous sa ville natale : Neverwhere.


Voilà un livre qui me réconcilie avec Neil Gaiman, après ma grande déception à la lecture de Coraline, qui était bien trop prévisible pour moi. Ce livre m'a été offert par Celsmoon lors du London Swap, l'année dernière, et je me souviens qu'elle m'avait apporté mon paquet en venant visiter mon tout nouveau appartement, qui n'était meublé que de deux chaises;o)

Neverwhere est un roman de fantasy urbaine qui nous emmène dans le Londres d'en-dessous, qui est le reflet du Londres que nous connaissons mais qui ne connaît pas la même histoire et la même population. On pourrait dire que ce monde est peuplé de méchant, mais ce n'est pas tout à fait le cas.

On y rencontre des personnes innocentes comme Lady Door, la fille de Portico, qui peut ouvrir et créer n'importe quelle porte n'importe où. Elle en danger, et en essayant d'échapper à ses poursuivants, des tueurs à gages, Mr Croup et Mr Vandemar, elle tombe sur Richard Mayhew qui vient à son secours.

***RISQUE DE SPOILERS***

Richard est un homme tout ce qu'il y a de plus ordinaire, avec une vie tout ce qu'il y a de plus ordinaire, et il n'est pas vraiment heureux dans cette vie, même s'il prétend le contraire, avec sa fiancée, Jessica, qui joue sans cesse le boss, et sa collection de trolls au bureau. En aidant Door, sa vie va radicalement changer. Lorsqu'il se présente à son travail et que personne ne lui parle, il croit à une blague, lorsqu'il se rend compte qu'il n'a plus de bureau il s'en va. Son appartement est mis en location et ses affaires vendues. Richard Mayhew est tombé dans l'oubli, il est devenu comme invisible. Il part alors à la recherche de Door, pour faire en sorte de retrouver sa vie. Il se retrouve alors dans le monde d'en-dessous, aidé par les gens qui parlent le rat. Il se rend au marché flottant, et il y retrouve Door, alors à la recherche d'un garde du corps. Il se retrouve dans une quête pour trouver l'Ange Islington, le seul qui pourra aider Door, mais l'Ange n'est pas ce qu'il paraît.

Richard trouvera une nouvelle destinée dans le London Below, il deviendra le plus grand guerrier, celui qui a tué la Bête de Londres. Mais il voudra revenir à sa vie d'avant. Mais lorsqu'il revient après un voyage Majorque paraît-il, promu dans son travail, avec le retour de Jessica, il se rend compte que cette vie ne lui va pas.

*** FIN RISQUE DE SPOILERS***

Ce roman met en scène un nouveau Londres, et vraiment, je ne verrai jamais plus l'Underground londonnien de la même manière, les stations notamment, et les trames. La prochaine fois que je vais à Londres, je regarderai plus attentivement les trames pour voir s'il y a un wagon tout sombre dont personne ne descend. Et je n'attendrai plus non plus trop près des rails, de peur de voir une de ces bêtes noires à tentacules qui sortent de ce fameux trou pour essayer de vous attraper. Pas étonnant qu'on nous dise "Mind the Gap".

Ce roman est également très visuel, le s images viennent facilement, mais finalement ce n'est pas étonnant, car il est adapté de la série du même nom dont le scénario a été écrit par Gaiman. Le texte que j'ai lu est le préféré de l'auteur, le dernier avec les dernières modifications, car il en existe plusieurs version. Si j'ai bien compris, il y avait une version anglaise et une version américaine, et la mienne est un mixe des deux. Prochaine étape, voir la série!

J'ai beaucoup aimé aussi les personnages, je me suis beaucoup attaché à eux. Richard Mayhew est comme moi, et comme beaucoup de gens, il essaie de se persuader qu'il est heureux dans sa vie, et que ça lui suffit. Il a peur de ce nouveau monde, mais en même temps il est complètement fasciné, et il finira par se rendre compte qu'il est fait pour ce monde.

Door, elle, est innocente en quelque sorte, et d'une grande gentillesse. Mais égoïste. Au début elle sais qu'elle a changé la vie de Richard et ne s'en préoccupe pas plus que ça. Mais finalement, elle fera ce qu'elle pourra pour l'aider.

Le Marquis de Carabas est un dandy, qui pourrait taper un peu sur les nerfs de par son Je-m'en-foutisme et son Je-sais-tout. Mais je l'adore. Je crois bien que c'est mon personnage préféré dans ce roman, mais je pense que c'est parce qu'il me fait beaucoup pensé à Christopher Chant dans la fonction de Chrestomanci de Diana Wynne Jones, le côté Dandy, je fais attention à mon apparence, et le côté maniéré.

En revanche, les méchants Croup et Vandemar m'ont tapé sur les nerfs, même si j'aime beaucoup leur humour ("on ne fait pas une omelette sans tuer quelques personnes" citation qui m'a fait sourire, et que j'avais déjà lu chez Isil)

J'ai eu peur à la fin, lorsque Richard est retourné à sa vie. J'étais déçue que ça se termine de cette manière, mais heureusement il y a un dernier retournement de situation, ouf.

Tout ça pour dire que c'est un livre à lire absolument, et surtout rien que pour avoir une nouvelle vision de Londres, où Earl's Court  est une véritable court, où il y a un arrêt Underground British Museum.

Retrouvez les avis d'Isil, Karine, et Ys

Partager cet article
Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 18:52
Genre : Fantasy

Titre original : A night in the lonesome october

Editeur américain : Avon Books : Indisponible

Editeur français : J'ai Lu : Indisponible

Quatrième de couverture :

Ce sera pendant l'horreur d'une profonde nuit, la ernière d'octobre. La lune sera pleine. On a un mois pour préparer le Jeu. Pour collecter les outils, déjouer les plans de ceux de l'autre camp, trouver l'endroit magique... L'enjeu est de taille : si ce sont les ouvreurs qui gagnent, alors les Anciens Dieux reviendront, et je ne vous dis pas la catastrophe!
Moi, Snuff le chien, je vous assure que je ne chôme pas. Entre mes rondes et les informations que je dois récolter, j'estime que je fais bien mon boulot. Notez, la chatte grise se débrouille bien aussi. Mais de quel bord est sa maîtresse? That is the question...
Quand Jack l'Eventreur, Dracula, Raspoutine, Frankenstein et quelques autres s'affrontent - chacun aidé d'un compagnon à poil ou à plume -, on peut s'attendre à tout! Surtout par un nuit de pleine lune...


Isil, la première, m'a intriguée sur ce livre, et bien sûr, impossible à trouver car il n'est plus édité. Heureusement, Cels à des contacts, ouf. La quatrième de couv' vous dit tout. Car le Jeu en soi n'est pas important. C'est la préparation du Jeu qui est importante. On suit Snuff, le chien de Jack l'Eventreur (je viens juste de faire le rapprochement en recopiant le synopsis). On retrouve plusieurs personnages qui se sont réunis à un endroit. Chacun a son camp, reste à découvrir lequel : ouvreur ou fermeur. Pendant tout le mois d'octobre, leurs compagnons vont mener l'enquête pour découvrir qui est un joueur et qui ne l'est pas, car c'est ça qui va déterminer le lieu magique pour la dernière nuit d'octobre. Ce n'est pas tout les ans que la pleine lune tombe le jour d'Halloween, c'est là qu'il est possible d'ouvrir la porte, mais les fermeurs sont là pour contrecarrer les plans des ouvreurs. Bien sûr, les fermeurs réussissent toujours.
Snuff, nous raconte l'histoire, son enquête, son amitié avec Graymalk, la chatte de Jill la Folle, qui est en fait une ouvreuse. Ils devront donc s'affronter. Il y a également le Docteur Frankenstein, mais finalement il est seulement venu pour se reposer.
Parmi tous ces personnages haut en couleur, un est prêt à tout pour réussir, même à tuer.

Comment finira le jeu?

Autant j'ai beaucoup aimé tout le long du livre, ça m'a tellement intriguée, que je ne pouvais pas faire autrement que de continuer ma lecture. Céline, m'a dit que du coup, je risquais d'être déçue par la fin, car il ne se passe rien. Ce qui n'est pas tout à fait vrai, car on assiste quand même à la réunion finale. Mais j'ai trouvé que les événements de la dernière nuit était racontés de manière trop hâtive par rapport au reste du livre, ce qui fait que je me suis un peu perdue. Mais au final il ne se passe rien, et je n'ai pas été déçue.

J'ai beaucoup aimé le fait de prendre des personnages célèbres, même si je ne les ai pas vraiment reconnus. J'aurais dû lire mieux la 4ème de couv'. Bien sûr, j'ai reconnu Dracula, désigné comme Le Comte, et Frankenstein appelé Le Bon Docteur. Et Jack, évidemment j'aurais pu faire le rapprochement avec cette histoire de couteau, mais ça ne dérange pas la lecture de ne pas les reconnaître, heureusement;o) Parfois, mon cerveau a un peu de mal...

Retrouvez les avis d'Isil et de Celsmoon
Partager cet article
Repost0