Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : Les chroniques de Chrestomanci
  • : bonjour et bienvenu(e)! j'ai créé ce blog pour présenter mes coup de coeur littéraires, mais pas seulement, je vais aussi parler ciné et musique. J'attends vos réactions et vos conseils...
  • Contact

En ce moment...

RAT-TARDIS.jpg

Vous Voulez Savoir...

2013 en lecture

Finale - Becca Fitzpatrick

L'affaire Jane Eyre - Jasper Fforde

1Q84 Livre 1, avril-juin - Haruki Murakami

Dracula - Bram Stoker

The Glass Key - Dashiell Hammett

Carmilla - Sheridan Le Fanu

1Q84 Livre 2 - Haruki Murakami

Harry Potter and the Philosopher's Stone - J.K. Rowling

The Beetle - Richard Marsh

Pride and Prejudice - Jane Austen

The colour of Magic - Terry Pratchett

The Guernsey Literary and Potatoe Peel Pie Society - Mary Ann Shaffer

Ce que je fais...

bafab.gif

 

Countdown to the next BAFAB Week:

 

 

 

membership

 

J'aime, un peu, beaucoup...

Un peu *
J'aime **
Beaucoup***
Passionnément ****
A la folie *****
Pas du tout *

Partenariats...





29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 20:44
Retrouvez la bio- et la bibliographie de Scott Westerfeld ici
undefined***
Genre : Jeunes Adultes - Fantastique

Titre original : The Last Days

Editeur américain : Razorbill : 6,40€

Editeur anglais : ATOM : 8,50€

Editeur français : Milan : 10,50€

Synopsis : Moz rencontre Pearl en voulant essayer de sauver une guitare Fender Stratocaster d'une chute d'un immeuble. Une femme folle balance toutes ses affaires par la fenêtre de son appartement. De là naît un groupe de rock. Moz joue  de la guitare depuis des années avec son meilleur ami Zahler. Tous les trois se mettent à composer, puis vient s'ajouter à eux Alana Ray, qui joue de la batterie sur des pots de peintures, et Minerva, qui se remet d'une longue maladie, au micro. Tous ensembles, ils arrivent à créer une osmose totale dans une atmosphère très particulière. Les textes que Minerva chante dans une langue inconnue y sont pour beaucoup. Leur groupe sera le nouveau son, le vrai. Mais pendant qu'ils ne pensent tous qu'à jouer de la musique et essayer de devenir célèbre, le monde autour d'eux tombe en ruine, peuplé de vampires, de rats et de chats. LA fin du monde approche, la grande bataille a commencé.

Un passage :
" Soudain la musique avait un centre, un coeur battant. Elle nous a tous enveloppé autour d'elle, perçant mes ombres graduelles d'un unique rayon de lumière.
J'ai souris, ayant un rare moment de confort absolu dans ma propre peau, chaque compulsion satisfaite, l'horloge du monde entier tiquant en place autour de mon battement.  Même s'ils étaient jeunes et imparfaits, ces quatre-là avaient quelque chose. Peut-être qu'un heureux accident se passait ici, comme la première fois que j'ai remarqué que les échos de la rue s'accordaient à mes pas...
Puis l'étrangeté s'est produite, quelque chose que je n'avais pas vu depuis que j'étais petite. L'air a commencé à briller sauvagement, mes paupières papillonnaient. C'était plus que des ondulations de chaleur venant de l'asphalt en été, ou les miroitements que je voyais quand quelqu'un était en colère contre moi."


A-Apocalypse est la suite de V-Virus, et je dois avouer que j'ai de loin préféré ce second volume, où on ne retrouve pas tout les 10 pages un cours sur les vies et moeurs des parasites. Un volume donc plus agréable à lire, tout en musique. En effet, ici on a surtout comme thème principal la musique, d'ailleurs tous les titres des chapitres sont des noms de groupes de rock : The Cure, New Order, Garbage, Massive Attack, et beaucoup d'autres plus ou moins connus, dont l'auteur nous donne un petit aperçu en fin de volume et je lance ici un appel à ceux qui ont la version française de ce livre, car je suis curieuse de savoir si les titres ont été traduits ou non. Je n'ai su pour les titres qu'à la fin, et je dois dire qu'il les a vraiment bien choisi, ça colle réellement à l'histoire. Donc je disais, la musique comme thème central, mais on n'oublie pas non plus nos vampires. Dans le premier volume, on savait tout de suite à quoi on avait affaire, parce que Cal le narrateur était au courant, enfin en partie du moins. Ici, les narrateurs (j'y reviendrai après) ne savent pas ce qui se passent, on découvre donc petit à petit en même temps qu'eux même si nous on sait déjà. On assiste en fait à la prise de conscience du problème.
Comme je le disais on a plusieurs narrateurs, et d'ailleurs, j'ai beaucoup apprécié la structure même du livre. Chaque chapitre est raconté d'un point de vue différent. Nous avons 5 narrateurs différents : Moz, Pearl, Zahler, Minerva et Alana Ray. Le seul truc que je reprocherais peut-être à Scott Westerfeld à ce sujet, c'est d'utiliser le même style pour chaque narrateur. Du coup, au début parfois on se perd un peu, mais on arrive vite à suivre le fil. Par contre, là où je trouve qu'il excelle c'est d'une part qu'il arrive très bien à écrire dans les différentes voix, autant du côté masculin que fémini, 'normal' et 'paranormal'. Mais également, comme je l'ai dit on a une alternance de points de vue, mais pas sur les mêmes événements. Comment je pourrais dire ça. Ce n'est pas pour tel événement, chacun y va de son point de vue. Non, à chaque changement de narrateur, l'histoire continue son cours normal, et j'ai trouvé ça vraiment super.
Pour ceux qui ne veulent pas lire le premier volume, V-Virus (et je les comprends), je pense qu'il est possible de lire seulement le second. On y perd quelque chose, mais on peut quand même suivre A-Apocalypse sans problème.
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 19:27
undefinedRetrouvez la bio- et la bibliographie de Scott Westerfeld ici
undefined**
Genre  : Jeunes Adultes - Fantastique

Titre original : Peeps ou Parasite Positive

Editeur américain : Razorbill : 6,42€

Editeur français : Milan : 10,50€

Synopsis : Cal est un jeune homme particulier, il est porteur sain d'un parasite qui rend les gens carnivores et photophobiques, des vampires quoi. Le vampirisme est un parasite, transmis à l'homme par les rats, et les hommes entre eux se contaminent par le sexe et la salive. N'ayant pas développé la maladie, Cal travaille pour the NightWatch, et traque les gens contaminés, qui se terrent le plus souvent dans des coins sombres. Il traque sa dernière copine en date, qu'il a contaminé sans le savoir. Mais également à la recherche de celle qui l'a contaminé, il va de découverte en découverte, embarquant au passage Lacey, une jeune fille rencontrée au cours de son enquête. Il découvrira que cette maladie n'est pas si mauvaise qu'elle en a l'air, mais qu'elle peut sauver l'humanité d'un ennemi encore plus redoutable.

Un passage :
" Ok, éclaircissons les choses concernant les mythes des vampires. Tout d'abord, vous ne me verrez pas utiliser beaucoup le mot en V. Au Night Watch, on préfère le terme Parasite Positive, ou Peeps pour faire court.
La chose importante qu'il faut retenir, c'est qu'il n'y pas de magie, pas de gens qui volent. Pas de transformation en chauve-souris ou en rats, non plus. Nou parlons d'une maladie."


L'approche est très intéressante, très moderne. Le vampirisme est en fait une maladie, une MST plus précisément, et tout s'explique par la science. Lorsque vous êtes contaminé, le parasite prend le contrôle de votre corps, et commence par vous faire détester tout ce que vous aimiez auparavant, d'où l'éloignement, le retrait dans des espaces sombres, etc...Une manière de lutter contre un vampire est de lui présenter quelque chose qu'il aimait dans son passé : un anathème. Tout comme la croyance populaire veut que l'on repousse un vampire avec une croix. Mais en fait ceci s'explique par le fait qu'à cet époque, les gens étaient très croyants, et donc très attachés à ce symbole. Je trouve que c'est une manière innovante de considérer le mythe du vampire, et après tout pourquoi pas. L'histoire est de plus très bien écrite.
V-Virus aurait pu faire parti des livres que j'adore si ce n'est ces coupures entre les chapitres de l'histoire où l'on nous présente toutes sortes de parasites qui peuplent le monde dans lequel nous vivons. Vous savez, celui qui vit dans un lac en attendant que vous veniez y boire de l'eau pour s'installer dans votre organisme, ou encore celui qui pond ses oeufs dans la blessure d'une vache... Enfin, voilà, personnellement je ne supporte pas de penser à toutes ces petites bêtes invisibles qui peuplent la terre à nos côtés. Je sais qu'elles sont là, mais je ne veux pas penser à elles. Vous savez pour moi, les films qui parlent de maladies, genre la fièvre ebola, la peste... sont de véritables films d'horreur qui me font faire des cauchemars. Donnez moi des monstres et je rigole, mais des maladies, je cramponne mon siège. La Peste de Camus est un des pires livres d'épouvante que j'ai lu. Tout ça pour dire, que si vous vous ressemblez dans ce que je dis, ne lisez pas ce livre, vous êtes sûr d'en ressortir avec des TOC aggravés;o) Pour ceux que ça ne gêne pas, je dis foncez!

Note : La traduction française porte mal son titre, parce qu'il ne s'agit pas du tout d'un virus mais d'un parasite, comme quoi, ceux qui choisissent les titres ne lisent pas les bouquins. Après ça on comprend mieux pourquoi bien souvent les titres traduits ne collent pas;o)

 
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 19:47
 
Pour plus d'information sur Midnighters, c'est ici

Genre : Jeunes Adultes - Science Fiction

Editeur américain : Eos : 5,03€

Edition française : Pas encore sorti en France, et je dois dire que c'est bien dommage

Synopsis : Jessica Day vient de quitter Chicago avec sa famille, pour s'installer à Bixby, une petite ville paumée. Qui dit nouvelle ville, dit nouvelle école, nouvelle vie. Elle rencontre une petite bande un peu particulière, ils vivent une heure de plus dans la journée, une heure où le temps s'arrête. Ils ne sont qu'une poignée à pouvoir profiter de cette heure supplémentaire, quand sonne minuit. Ils s'appellent les Midnighters. Ils partagent cette heure secrète avec des créatures sombres qui hantent les ombres. Mais lorsque Jessica Day arrive à Bixby tout change pour les Midnighters. Les créatures du temps figé s'en prennent à elle par tout les moyens. Le tout est de découvrir pour quelle raison, et pourquoi donc Jessica est si différente des autres Midnighters...

Un passage (traduction perso) :
"Ca devait être un rêve : des millions de diamant remplissaient l'air, flottant au-dessus de l'asphalte humide et brillant. Seulement quelques centimètres les séparaient les uns des autres, et ils s'étendaient aussi loin que Jessica pouvait voir, descendant la rue et remontant vers le ciel. Comme de petites pierre précieuses pas plus grosses que des larmes.
Aucune lune n'était visible. D'épais nuages étaient encore suspendus au-dessus de Bixby, mais maintenant ils paraissaient aussi durs et sans mouvement que des pierres. La lumière semblait venir des diamants, comme si une invasion de lucioles bleues avaient été figées en plein vol.
Les yeux de Jessica s'écartèrent. C'était si beau, si calme et si extraordinaire que son anxiété disparut aussitôt.
Elle leva une main pour toucher l'une des pierres bleues. Le petit diamant vacilla, puis roula sur son doigt, froid et humide. Il disparut, ne laissant rien d'autre qu'un peu d'eau.
Alors Jessica réalisa ce que le diamant devait être. Une goutte d'eau! Les diamants flottant étaient la pluie, suspendue immobile dans les airs de quelque manière. Rien ne bougeait dans la rue ou dans le ciel. Le temps était figé autour d'elle."


Ah j'étais dans une impasse de lecture, ne sachant plus vers quoi me tourner pour retrouver cette sensation de faim, vous savez ces livres qu'on commence et que l'on ne peut plus lâcher avant de connaître le dénouement. The Secret Hour en est un. Au début de ma lecture, j'ai quand même fait un peu la grimace, trop de point commun avec Twilight de Stephenie Meyer. Une jeune fille fraîchement arrivée de la grande ville dans un bled paumé. Premier jour dans une nouvelle école. On rencontre des gens un peu bizarres sur les bords. Mais finalement tout ça a été bien vite oublié, même si ici aussi il est question de supers pouvoirs;o) Mais le sujet n'a rien à voir. On se laisse prendre au jeu, on découvre en même temps que Jessica ce monde, que dis-je cette heure où le temps est arrêté. j'aimerais faire partie de ces privilégiés, vraiment. Le seul truc qui m'a un peu enervée en fait, c'est que l'on sait que le narrateur sait tout ce qui se passe, mais ne nous le dit pas. Il nous fait mijoter. Même pas d'indices sur le pourquoi du comment de ce qu'il se passe vraiment. On découvre vraiment tout en même temps que Jessica, et ça c'est un peu chiant,  parce que parfois on a envie d'en savoir un plus que le héros quand même. Je ne sais pas si je m'exprime bien, mais dans ma tête c'est clair;o) Bon en tous cas, j'ai passé un super moment avec ce livre que je recommande aux anglophones. N'ayez aucune appréhension! Scott Westerfeld sait nous faire esclave de sa plume, il nous l'a déjà prouvé, et nous le montre encore ici. Par contre pour les anglicistes débutants, je tiens à préciser que l'écriture de Scott Westerfeld peut peut-être paraître un peu plus compliquée que certaines autres lectures en VO.
En tous cas, moi j'attends la suite avec impatience, et ces imbéciles d'Amazon m'ont envoyé le troisième volume avant le second, oh terrible attente!
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 20:50
Genre : Jeunes Adultes - Fantastique/ Drame

Titre original : Just In Case

Editeur anglais : Penguin Books : 9,77€

Editeur français : Hachette Jeunesse, collection Black Moon : 16€

Synopsis : David Case a 15 ans, et le jour où il empêche son petit frère de 18 mois de se jeter par la fenêtre, tout prend une dimension différente. David se rend compte de toutes les possibilités qu'il a de mourir : attentat, maladie, chute... Il est persuadé que le Destin est après lui, et décide de lui échapper. Pour cela, il commence par changer de nom, il s'appelera désormais Justin Case (jeu de mot avec le titre Just In Case), il se met au sport, il rentre dans l'équipe de cross de son collège, et prend un chien imaginaire, Boy. Puis, pour ressembler à Justin, il va s'acheter de nouveaux vêtements, c'est là qu'il rencontre Agnès, un peu plus âgée que lui, et il tombe amoureux. Il pense que Agnès peut l'aider, le sauver. Mais plus Justin va avancer, plus il perd la tête, il s'enferme dans sa peur du Destin. Ce destin qui a fait s'écraser un avion pile poil à l'endroit où il se tenait une seconde avant. Ce destin qui va le contaminer de la méningite foudroyante et le plonger dans un coma, dont lui seul peut décider de se réveiller ou non...La question n'est pas : Peut-on échapper au Destin? Mais plutôt : Qu'est-ce que le Destin?

Un passage :
" Ne sois pas méprisant avec moi. Je ne retire aucun plaisir particulier des tragédies.
Certains jours rien d'autre que de bonnes choses feront ne feront l'affaire.
Qui penses-tu rassemble les amoureux, réunit les frères et soeurs séparés depuis longtemps, trouve des cures miraculeuses?
Qui fait danser les infirmes, penser les idiots?
Qui fait survivre les survivants."

J'ai beaucoup aimé ce roman. Le style d'une part est très simple, et donc nous entraîne dans un certain rythme. De plus, j'ai trouvé intéressant cette alternance de point de vue entre Justin et le Destin. Savoir ce que le Destin pense du cas de Justin. Parce qu'au début on peut se dire qu'il divague, qu'il traverse une simple crise de l'adolescence, mais une fois que le Destin prend la parole, on sait que Justin est dans le vrai, et à partir de là il nous emporte avec lui dans sa fuite. Justin traverse réellement une crise, et on a tous connu ce genre de crise : "La vie s'acharne contre moi, il n'y a jamais rien de bien qui m'arrive,etc..."
Le problème de Justin, c'est qu'il pense au Destin, un peu comme La Mort comme dans Rencontre avec Joe Black. D'ailleurs, dans le même ordre d'esprit, ça m'a fait penser à Destination Finale, le côté 'je te poursuis, tu ne m'échapperas pas'. En fait, il ne voit que les mauvaises choses qui lui arrive, la plupart d'entre nous a d'ailleurs le même problème. Mais finalement il faut regarder l'ensemble du tableau et non pas seulement les quelques centimètres carrés qui se trouvent sous notre nez. Justin devra traverser de nombreuses épreuves avant de comprendre que notre destin c'est les autres, ceux que nous connaissons, que nous aimons, nos parents, nos amis. Et en contre-partie nous sommes leur destin. Finalement il n'y a pas que de mauvaises choses;o)

En somme, une grande réflexion sur le sens de la vie...

Retrouvez l'avis enthousiaste de Mélanie, et celui de Clarabel qui a moins aimé.
Partager cet article
Repost0
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 19:55
extrascover1.jpg
***

Genre  : Jeunesse - Fantastique


Editeur américain : Simon Pulse : 12,24€

Editeur français : Pas encore de traduction française, mais le second volume de la série Pretties est sorti il n'y a pas très longtemps

Synopsis : "Quelques années ont passé depuis que la rebelle Tally Youngblood a fait tomber les régime uglies, Pretties, Specials. Sans ses règles strictes, le monde se trouve dans une totale renaissance culturelle. Les tech-heads (littéralement les têtes-tech) font étalage de leurs derniers gadgets, les 'kickers' répandent des commérages et des modes, et les 'surge monkeys' sont accro à la chirurgie plastique extrême. Et tout ça est suivi de près par des milliers de caméras. Le monde est comme un gigantesque jeu de American Idol (Popstar en France). La personne qui a fait le plus parler a le plus de votes. La popularité règne.

Comme si avoir 15 ans n'était pas déjà suffisant, le rang 451 369 d'Aya Fuse est si bas, c'est une totale inconnue. Une Extra. Sa seule chance d'échapper à Extra-Land c'est de trouver un gros scoop à rendre public - quelque chose de sauvage et d'inattendu.

Puis, Aya rencontre un groupe de filles qui font des choses dingues, mais restent profondément secrètes à ce sujet. Mais les Sly Girls ( les filles rusées) cachent quelque chose de plus gros - une découverte explosive qui pourrait changer la face de ce tout nouveau monde pour toujours. Si Aya rend cette histoire publique, elle sera propulsée dans un monde de gloire, de célébrité... et de danger extrême. Un monde pour lequel elle n'est pas préparée."

Un passage (petite traduction perso) :

"Bien sûr, Aya avait tout appris sur les Specials à l'école. Il y a longtemps, la ville de Tally Youngblood avait créé un genre spécial de Prettes - cruels, impitoyables, et mortels, au lieu de Bubblehead. Les Specials étaient supposés à la base protéger la ville, ramener les fuyards et garder l'ordre. Mais petit à petit ils sont devenus leur propre groupe secret, chaque génération modifiant la suivante, comme des mauvaises herbes hors de contrôle. Finalement, ils se sont attaqués au gouvernement de leur propre ville et entamèrent la guerre de Diego. Tally et ses amis avaient été des Specials aussi, mais un genre spécial appelé "Cutters". Les Cutters étaient jeunes et indépedants, et d'une certaine manière ils avaient trouvé comment reconnecter leur propre cerveau. Ils s'étaient rebellé contre le leader diabolique des Specials, libéré leur ville, et sauvé Diego. Ensuite, ils avaient étendu la cure à travers le globe, mettant un terme définitif au temps des Pretties."


J'ai attendu trop longtemps pour ce quatrième volume de la série, je l'ai aimé, mais quelque part un peu moins que les autres, peut-être parce que Tally n'est pas le personnage principal, je ne sais pas. Je m'étais attachée à elle, en quelque sorte, après l'avoir suivie dans ses péripéties tout au long des trois livres. Mais j'étais contente qu'elle soit de retour, même pour un court moment. Dans tous les cas, je recommande cette série à tout le monde, c'est génial, et je suis sûre que vous aimerez.
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 20:33
Retrouvez la bio- et la bibliographie de Stephenie Meyer ici
eclipse.jpg*****


Genre : Fantastique - Jeunesse

Titre original : Eclipse

Editeur américain : Megan Tingley Books, Little, Brown and Company : 13,50€

Editeur anglais : ATOM : 19,08€

Editeur français : Hachette Jeunesse : 18€

Avertissement : Il risque d'y avoir des spoilers, donc si vous ne voulez pas savoir, contentez-vous du synopsis

Synopsis : Après le retour d'Edward, la vie de Bella reprend son cours normal : Edward, l'école, les amis, Edward. Mais Jacob est toujours dans l'esprit de Bella. Edward ne veut pas qu'elle le voie, jusqu'à ce qu'il comprenne qu'elle ne court aucun danger avec lui, bien qu'ils soient des ennemies naturels.
Mais à Seattle, beaucoup de gens meurent et disparaissent mystérieusement, et Bella reçoit la visite d'un inconnu dans sa chambre alors pendant son absence. Les deux événements sont liés, et une guerre est sur le point d'éclater. Quelqu'un a crée une armée de jeunes vampires assoiffés pour atteindre Bella. Les Cullens et les loup-garous feront une trêve pour la protéger et détruire ce mystérieux ennemi.
Malgré la situation, Bella est déchirée entre Edward sans qui elle ne peut pas vivre, et Jacob, son meilleur ami loup-garou, jusqu'à ce qu'elle comprenne qu'elle est également amoureuse de Jacob. Quel sera son choix entre son petit ami vampire et son ami à demi-humain?

Un passage :

" Est-ce que ça te dérange si je fais quelque chose?' murmura-t-il, ses bras serrés autour de moi.
' Tout ce que tu veux.'
Mais il me lâcha et glissa plus loin.
' Tout sauf ça', me plaignais-je.
Il m'ignora, prenant ma main et me levant du lit, aussi. il se tenait devant moi, les mains sur mes épaules, le visage sérieux.
' Maintenant je veux faire ça bien. S'il te plaît, s'il te plaît, rappelle-toi que tu as déjà accepté, et ne ruine pas tout pour moi.'
'Oh non' soufflai-je alors qu'il se mettait un genou à terre.
' Sois gentille', murmura-t-il.
Je pris une grande inspiration.
' Isabella Swan?' Il leva les yeux vers moi, me regardant à travers ses impossiblement longs cils, ses yeux dorés doux, mais quelque part encore brûlant. 'Je promets de t'aimer pour toujours - chaque jour à jamais. Acceptes-tu de m'épouser?'
Il y avait beaucoup de choses que je voulais dire, certaines pas gentilles du tout, et d'autres plus sentimentalement dégoûtantes et romantiques que ce qu'il pouvait probablement imaginer de moi. Plutôt que de me mettre moi-même dans l'embarras, j'ai chuchoté 'Oui'.
'Merci' dit-il simplement. Il prit ma main gauche et embrassa le bout de mes doigts un à un avant d'embrasser la bague qui était désormais mienne."



Eh bien, ce troisième volume de la série était plus long que les autres. Il est super aussi mais un peu en-dessous des deux autres, avec quelques passages qui traînent un peu en longueur. Bella lit Les Hauts-de-Hurlevent, et elle doit faire face au même genre de situation que Catherine Earnshaw, elle est déchirée entre deux genres d'amour différents. Mais Jacob me tapait vraiment sur les nerfs par moments, toujours à pousser Bella dans les extrêmes, la faisant souffrir, alors qu'Edward fait de son mieux pour la rendre heureuse et la protéger. Ils cherchent tous les deux la même chose, la rendre heureuse, d'une manière différente. Mais Jacob cherche trop le conflit.
Bon finalement Bella fait le bon choix (enfin celui que je voulais qu'elle fasse en tous cas) et choisit Edward.
Je suis vraiment impatiente de connaître la suite, mais il faudra attendre presque un an, car le prochain volume est prévu pour l'automne 2008.

J'aime beaucoup le choix des titres dans la version originale, ils représentent vraiment l'histoire, contrairement aux titres français qui restent à la surface des choses, je trouve. Twilight représente le commencement pour Bella, sa rencontre avec Edward, une créature mythique de la nuit, même si pas vraiment. New Moon représente le mythe du loup-garou, mais en même temps un nouveau tournant dans la vie de Bella, Jacob. Eclipse représente le noir, le choix difficile que Bella doit faire, mais aussi la fin de quelque chose, en attendant que quelque chose de différent commence. Si on suit ce shéma, on peut supposer que le prochain livre, qui s'intitulera Breaking Dawn représente un nouveau commencement, une nouvelle vie. Ce ne sont que des spéculations de ma part, bien entendu, mais je pense que Bella va vraiment épouser Edward et qu'il la transformera en vampire pour passer le reste de l'éternité à ses côtés. Mais comme ce serait trop court pour faire un roman, le livre raconterait le commencement de cette nouvelle vie qu'elle a choisi, la difficulté de résister à la tentation du sang humain, et l'aide qu'elle recevra de sa nouvelle famille, et comment Jacob réagira à ce choix. Bon, il ne reste plus qu'à attendre pour le savoir je suppose, mais j'aimerais bien avoir quelques indices, donc si quelqu'un ici sait quelque chose, je suis toute ouïe.

Dans tous les cas, j'ai passé un fabuleux moment à lire cette série, et je le recommande à tout le monde. j'ai lu les trois volumes en une semaine, et maintenant j'ai beaucoup de mal à penser à autre chose. D'ailleurs, si vous pouvez me conseiller quelque chose qui soit au moins aussi bien, dites-le moi;o)


Retrouvez les avis de Lilly, et Karine
_bug_fck
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 20:24

Retrouvez la bio- et la bibliographie de Stephenie Meyer icinew-moon.jpg

*****


Genre :
Fantastique - Jeunesse

Titre original : New Moon

Editeur américain : Megan Tingley Books, Little, Brown and Company : 13,50€

Editeur anglais : ATOM : 10,26€

Editeur français : Hachette Jeunesse : 18€

Avertissement : Il risque d'y avoir des spoilers, donc si vous ne voulez pas savoir, contentez-vous du synopsis.

Synopsis : Bella fête son anniversaire chez les Cullens, mais lorsqu'elle ouvre ses cadeaux, elle se coupe. Une mauvaise chose quand on se trouve dans une pièce remplie de vampires. Après cet événement, l'attitude d'Edward change jusqu'au moment où il lui dit qu'ils vont quitter Forks et qu'il ne veut plus d'elle. Pendant les mois qui suivent, Bella est en pleine depression, dans un état presque catatonique, essayant de de vivre une vie normale, alors qu'elle lutte contre ce trou dans sa poitrine. Puis, elle entend la voix d'Edward...dans sa tête. A partir de là, elle essaiera à tout prix d'entendre encore cette voix en faisant des choses dangereuses. Et elle retrouve Jacob sur sa route, un Quileute qui vit à La Push. Même si lui veut plus que de l'amitié, il aide beaucoup Bella, et elle recommence à vivre normalement, enfin presque. Mais bientôt, l'attitude de Jacob commence à changer aussi et il commence à sortir avec sa 'bande' de nouveaux amis. Mais le danger est juste au coin de la rue, tout autant pour elle que pour Edward, à l'autre bout de la planète...

Un passage :
" Il y avait chez ces hommes un genre de menace indéfinie, impliquée, qui n'avait rien à voir avec l'autre nuit. Ca venait du fait que c'étaient des inconnus, et il faisait noir là, et ils étaient plus nombreux que nous - rien de plus spécifique que ça. Mais c'était assez pour que la voix de Jessica soit paniquée alors qu'elle m'appelait. [...] Je me suis détournée d'elle, et vers les hommes qui nous regardaient avec des yeux amusés et curieux.

'Bella, arrête ça maintenant!'

Mes muscles se sont bloqués sur place, m'ont gelée là où je me tenais. Parce que ce n'était pas la voix de Jessica qui me réprimandait. C'était une voix furieuse, une voix familière, une voix magnifique - douce comme du velours même si elle était furieuse.

C'était sa voix - je faisais exceptionnellement attention de ne pas penser son nom - et j'étais surprise que le son de sa voix ne me fasse pas tomber à genoux, ne me fasse pas me rouler en boule contre le trottoir dans la torture de cette perte. Mais il n'y avait pas de douleur, pas du tout.

A l'instant où j'ai entendu sa voix, tout est devenu clair. Comme si ma tête avait soudainement refait surface au-dessus d'un lac sombre. J'avais plus conscience de tout - la vue, le son, les odeurs venant de la porte ouverte du bar.

Je regardai autour de moi en choc.
'Retourne avec Jessica' la charmante voix ordonna, encore en colère. 'Tu as promis - rien de stupide'.
J'étais seule. Jessica se tenait à quelques mètres de moi, me fixant avec des yeux effrayés. Contre le mur, les inconnus regardaient, confus, se demandant ce que je faisais, plantée là, immobile au milieu de la rue.
Je secouai ma tête, essayant de comprendre. Je savais qu'il n'était pas là, et pourtant, je le sentais improbablement proche, proche pour la première fois depuis...depuis la fin. La colère dans sa voix était de l'inquiétude, la même colère qui était avant si familière - quelque chose je n'avais pas entendu depuis ce qui me semblait une éternité.
'Tiens ta promesse.' La voix se dissipait, comme si le volume d'une radio avait été baissé.[...]
La chose la plus sage serait de fuir ce potentiellement destructeur - et certainement mentallement instable - développement. Ce serait stupide d'encourager des hallucinations.

Mais sa voix disparaissait.
Je fis un autre pas en avant, juste pour tester.
'Bella, retourne toi' il grogna."



Eh bien, celui-ci était aussi très intense. Pendant des mois, Bella n'a rien fait ce qui est représenté par des pages blanches dans le livre. Puis elle retrouve Jacob, et commence à revenir à la vie, presque. On peut ressentir son désespoir, sa douleur d'avoir perdu celui qu'elle aime. Et puis elle commence à entendre sa voix. Au début, j'étais vraiment en colère après Edward pour la façon dont il l'a quittée. Je savais qu'il voulait juste la protéger, mais il aurait pu être plus gentil. Et puis Bella entend sa voix dans sa tête, et j'ai été déçue à la fin d'apprendre que c'était vraiment une création de son cerveau. J'aurais voulu une explication plus irrationnelle, du genre malgré qu'il soit loin, il a trouvé une façon de veiller sur elle et de la prévenir en cas de danger. Quelque chose dans ce genre-là. Mais bon tout est bien qui finit bien.

J'aime la façon dont Stephenie Meyer a créé un nouveau mythe avec les anciens. Et on peut sentir les changements en Jacob, la dualité à l'intérieur de lui, mais en même temps, on est désolé pour Bella qui perd de nouveau son ancre. Puis, quand Edward pense qu'elle est morte, il veut mourrir et va voir les Volturi, mais heureusement Bella et Alice arrive à temps, mais maintenant Bella a deux ennemis : Victoria est encore en liberté, et les Volturi veulent que son coeur s'arrête de battre, parce qu'elle en sait trop, soit pour devenir un vampire, soit pour mourrir tout court.

Au début, Bella et Edward regarde une adaptation de Romeo et Juliette, et l'histoire est basée là-dessus : l'amour tourmenté, l'amour interdit, et la fin du livre se passe ne Italie aussi, chez les Volturi.

Comparé à Fascination, ce second volume est plus violent. Fascination est doux, sensuel, fascinant, intrigant, tout comme un vampire devrait l'être si l'on écoute les mythes. Dans Tentation, l'atmosphère est beaucoup plus tendue, la violence va et vient, représentant les loups-garous qui en général vivent sur leurs instincts animaux, même si ici ils ne sont pas dangereux pour le genre humain. On peut vraiment ressentir cette violence sous-jacente, surtout avec Jacob qui est déchiré entre ce qu'il est et son amour pour Bella.

Bon je vais arrêter là, parce qu'il y tellement de choses que je voudrais dire, que je n'arrive pas à penser clairement pour les écrire. Et j'ai bien peur d'en avoir déjà trop dit;o)


Retrouvez les avis de Lilly, Allie, Stéphanie

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 20:45
Retrouvez la bio- et la bibliographie de Stephenie Meyer ici
twilight.jpg*****

Genre : Fantastique - Jeunesse

Titre original : Twilight

Editeur américain : Megan Tingley books, Little, Brown and Company : 7,18€

Editeur anglais : ATOM : 10,58€

Editeur français : Hachette Jeunesse : 18€

Synopsis : Isabella Swan, Bella, a dix-sept ans. Elle décide de quitter son Arizona ensoleillé, où elle vit avec sa mère qui vient de se remarier, pour partir vivre avec son père, Charlie, à Forks dans l'état de Washington. Elle déteste cette ville pluvieuse où tout le monde connaît tout le monde. Et pour son premier jour de lycée, elle est l'événement de la journée, tout le monde ne parle que d'elle, alors qu'elle ne demande qu'à garder l'anonymat. Mais elle rencontre un étrange et mystérieux, intriguant garçon, beau comme un dieu qui est tantôt gentil, tantôt sombre, Edward Cullen. A partir de ce moment, la destinée de Bella est liée à celle d'Edward, mais il a un secret, un dangereux secret, lui et sa famille sont des vampires. Mais des vampires qui refusent de se nourrir du sang d'humains innocents. Bella est en sécurité lorsqu'Edward est là, jusqu'à ce qu'arrive un petit groupe de vampires étrangers, dont l'un d'entre eux est un traqueur, et ce qu'il veut par dessus tout, c'est Bella. Edward arrivera-t-il à temps pour la sauver? Leur amour sera-t-il assez fort pour surmonter cette dangereuse différence qui existe entre eux?

Un passage (petite traduction perso) :

" Je les fixais parce que leurs visages, si différents, si similaires, étaient tous irrésistiblement, inhumainement beaux. C'étaient des visages que vous ne vous attendiez jamais à voir, à part sur des pages retouchées de magazines de mode. Ou peints par un vieux maître comme le visage d'un ange. C'était dur de décider qui était le plus beau - peut-être la parfaite fille aux cheveux blonds, ou bien le garçon aux cheveux couleur bronze.

Ils détournaient tous les yeux - les uns des autres, des autres étudiants, de tout en particulier d'aussi loin que je pouvais le dire. Alors que je regardais, la fille, petite,  se leva avec son plateau - soda non ouvert, pomme non croquée - et  s'en alla avec un rapide et gracieux bond qui appartenait à une piste (???). Je regardais, étonnée de son souple pas de danse, jusqu'à ce qu'elle jette son plateau et se glisse à travers la porte de derrière, plus vite qye je l'aurais pensé possible. Mes yeux se précipitèrent de nouveau vers les autres, qui restaient assis, inchangés.

'Qui sont-ils?' je demandai à la fille qui était dans ma classe d'espagnol et dont j'avais oublié le nom.

Quand elle regarda pour voir de qui je parlais - alors qu'elle savait déjà, probablement, au ton de ma voix - soudain il la regarda, le plus mince, le plus jeune peut-être. Il regarda ma voisine pendant une fraction de seconde, puis ses yeux noirs cillèrent vers moi.

Il détourna les yeux rapidement, plus vite que je ne le pouvais, alors que dans un accès d'embarrassement j'avais baissé les yeux aussitôt. Dans ce bref coup d'oeil, son visage ne disait aucun intérêt - c'était comme si elle avait appelé son nom, et qu'il avait les yeux involontairement en réponse, ayant déjà décidé qu'il ne répondrait pas."



Vous devez absolument lire ce roman intriguant, prenant, obsédant, puissant, et encore beaucoup d'autres mots en -ant, sensuel, romantique, en un mot vampirisant. Dans un sens, il devient réel une fois qu'on est dedans, on peut sentir la main froide comme l'acier d'Edward sur sa peau, et sentir l'odeur que Bella dégage, tout comme la sent Edward. C'est une histoire de vampire, mais plus que ça, c'est une histoire d'amour entre un vampire et une humaine. Donc, si vous aimez l'un ou l'autre genre, ce livre est fait pour vous, pour les plus jeunes comme les plus vieux.

Ca faisait longtemps que je n'avais pas eu un livre comme ça entre les mains. J'ai commencé ma lecture dans la salle d'attente du médecin, et quand elle est venue me chercher, j'étais déjà amoureuse d'Edward et je m'imaginais dans la situation de Bella, j'aurais pu attendre encore longtemps dans la salle d'attente. Je ne pouvais pas le laisser de côté, à chaque fois que je devais m'arrêter et fermer le livre, j'étais totalement obsédée et frustrée, surtout hier. Le matin quand je suis descendu du métro pour aller travailler, j'ai laissé Bella dans une situation dangereuse, et vous ne pouvez imaginer comme c'était frustrant d'attendre le déjeuner pour reprendre ma lecture (alors qu'il était là à quelques centimètres de ma main, dans mon sac, sous mon bureau) pour enfin savoir ce qui allait advenir. Je me demandais si Bella allait survivre, si Edward arriverait à temps pour la sauver, si, si, si...C'était un sentiment horrible. Et pour ajouter à ma frustration, quand j'ai enfin réussi à le finir (en faisant la queue à la caisse du supermarché), j'ai découvert que dans mon édition (américaine) il y a le premier chapitre du second volume. Comme c'est cruel, c'est de la torture, aprce que forcément je l'ai lu, je n'ai pas pu m'en empêcher, et après il fallait que j'attende de recevoir la suite. Heureusement, je dois les avoir demain, mais ça va être long...Je me sens comme une gamine le jour de Noël qui doit attendre d'avoir pris son petit-déj' pour pouvoir aller voir ce que le Père-Noël lui a apporté;o)

Retrouvez les avis de Lilly, de Valerianne, de Stéphanie d'Allie et Elfique et Flo

_fck
Partager cet article
Repost0
21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 21:08

 

 

christopher-barzac.jpg

Biographie :
"Christopher Barzak est né et a grandi dans l'Ohio rural, a vécu dans un ville de la côte sud californienne, dans la capitale du Michigan et dans les banlieues de Tokyo au Jaon, où il a enseigné l'Anglais dans des collèges et écoles rurales. Ses histoires sont apparus dans beaucoup d'endroit, dont
Lady Churchill's Rosebud Wristlet, Trampoline, Interfictions, Nerve, Salon Fantastique and the Year's Best Fantasy and Horror. Aujourd'hui, il vit à youngstown, Ohio, où il enseigne l'écriture à Youngstown State University. One for Sorrow est son premier roman.



Bibliographie :


Roman : One for Sorrow (2007)

 

Nouvelles : 

 

* 1999 : A Mad Tea Party

 

* 2001 : Plenty; Caryatids

 

* 2002 : Born on the Edge of an Adjective; The Blus Egg; The Cure; Lips

 

* 2003 : Dead Boy Found; The Drowned Mermaid; Vanishing Point

 

* 2004 : The Trail of my Father's Blood; A Resurrection Artist; The Other Angelas

 

* 2005 : The language of Moths; The Boy who Was Born Wrapped in Barbed Wire

 

* 2006 : Dead Letters; Learning to Leave; The Creation Birds; The Guardian of the Egg

 

* 2007 : 23 Small Disasters; What We Know About the Lost Families of - House; Realer Than You; Little Miss Apocalypse; The Flood; Isis in Darkness

 

* A paraître : In Between Dreams; A Thousand Tails; Map of Seventeen

 

Poèmes : Abducted (1993); The Persistence of Memory (1996)

 

Découvrez le blog de Christopher Barzak : http://christopherbarzak.wordpress.com/

 

 

 

one-for-sorrow-copie-1.gif

 

 ***

 

 

 

Genre : Fiction - Jeunesse

 

Editeur américain : Bantam Books : 8,87€

 

Synopsis : Adam McCormick, un garçon de 15 ans, nous raconte comment sa vie a pris un nouveau tournant après le meurtre de Jamie Marks, la personne la plus ressemblante à un ami qu'il ait jamais eu et l'accident dans lequel sa mère s'est retrouvée paralisée.
Comme sa grand-mère l'aurait dit, les mauvaises choses arrivent toujours par trois et Dieu pointait son doigt sur sa famille. La famille d'Adam est une famille comme les autres avec ses propres problèmes. Ses parents se disputent souvent, son frère fume de l'herbe. Et un jour, sa mère a un accident de voiture et reste paralisée. Mais le pire de tout, c'est qu'elle devient amies avec la femme responsable de l'accident, qui va venir avec eux.  Mais le même jour que l'accident, le corps de Jamie est retrouvé par Gracie. Et Adam se lie d'amitié avec le fantôme de Jamie et va prendre la mauvaise direction avec lui. Gracie essaiera de l'aider à revenir à la vie, mais il décide de suivre Jamie. Jusqu'au jour où il comprend que Jamie,a besoin de plus qu'un ami, il a besoin d'aller là où il doit aller, et lui, Adam, a besoin de retourner parmi les vivants.



Passages que j'ai aimé (petite traduction perso) :



 

" Je me suis installé confortablement dans le placard etj'ai commencé à lire le livre que j'avais choisi, qui parlait d'un gamin qui va dans une école préparatoire et n'arrête pas de se créer des ennuis et déteste tout le monde, mais il peut se permettre de dépenser plein d'argent, visitant New York, s'échappant de ses problèmes. C'était intéressant mais je n'arrêtais pas de penser, Pourquoi diable se plaint-il? Ce n'est pas comme si c'était dur pour lui d'aller où il allait. Il n'avait pas à mentir, voler ou embobiner quelqu'un pour avoir de l'argent. Il est juste parti et il ne manquait à personne parce qu'il était dans un internat et c'était les vacances de Noël, et il ne manquait pas à ses parents parce qu'ils étaient habitués à ce que d'autres personnes s'occupent de leurs enfants. Donc ce gamin a son propre argent et peut retirer du cash quand il veut, pour les trains, les taxis ou pour se soûler ou pour louer une chambre d'hôtel et traîner avec des prostittuées. Bien sûr il est désolé après avoir fait ces choses, mais ensuite il s'en va simplement et fait quelque chose de stupide encore et il n'a vraiment pas besoin de s'inquiéter parce qu'il a suffisament d'argent pour se faire une nouvelle vie et oublier celle qu'il a merdée. A la fin, il suit une thérapie. Peu importe."



 

"Mon vrai problème c'était  que je n'avais pas un bon temps de réaction. Je ne savais pas comment me montrer gracieux quand j'étais confus.Je ne savais pas comment faire comme si de rein n'était ou comment paraître à l'aise même si  tout ce que nous faisions parassait si préparé d'avance. Les gens échangent des mots qui ne veulent rien dire contre des mots qui ne veulent rien dire, et il faut le faire si on veut être considérer comme un membre du groupe. Commens ça va? Je vais bien et toi? Beau temps aujourd'hui, non? Bonjour, Bon après midi, salut, à bientôt, sois sage, comporte toi bien, amuse toi bien! Prends soin de toi! Vous rentrez tous, maintenant, compris?
Click, squeak, click-click.
C'est dur de croire que ces mots veulent dire quelque chose. Ils sont juste une autre partie de la comédie. Les gens disent ces choses par automatisme, et comment des mots peuvent signifier quelque chose si on ne pense pas à ce qu'on dit, si on ne les ressent pas quand on les it? Et pour quelque raison, les gens pensent que ce sont les mots les plus importants du monde. Si vous les dites, vous êtes normal. C'est marrant comment les gens sont si choqués d'apprendre que leur voisin est un serial killer. Avec les standards de normalité étant que l'on dise bonjour ou que l'on parle du temps qu'il fait, pourquoi sont-ils si surpris? Peut-être que le choc fait parti du jeu aussi. Peut-être qu'ils ne veulent tout simplement pas attirer l'attention sur leur propre bizarrerie. Si c'est quelqu'un d'autre, ce n'est pas vous."




" Je ne suis juste pas sûr que quiconque puisse décrire Dieu si facilement. Si j'avais mon mot à dire, je prendrais un petit peu de chaque religion et science et philosophie, parce qu'alors peut-être que l'image de Dieu serait plus complète, comme une mosaïque. Je pense que la plupart des gens choisissent une idée de Dieu, mais quand ils font ça ils finissent par regarder à ce tout petit point de quelque chose qui est vraiment grand et étonnant. Ils regardent à ce petit bout de la mosaïque et disent, 'C'est Dieu', et ne voient pas le reste de l'image autour. Mais il y a aussi des gens, comme ma mère et mon père, qui ne regardent pas du tout l'image, ce qui est aussi mal. En pensant à ça, je me suis dit que ça ne pourrait pas faire de mal d'aller au moins regarder le carreau de Tia avec elle."
 

 

 

 

One for Sorrow est une histoire de fantômes un peuparticulière. C'est une histoire de fantôme en effet, mais c'est surtout une histoire de vivants. Comment ungarçon à qui personne ne fait attention se perd entre le monde des morts et le monde des vivants, parce que son seul ami est un fantôme. L'un est mort et se raccroche à la vie, l'autre est vivant et ne désire que mourrir. Ils ont besoin l'un de l'autre pour retourner à leur monde respectifs.



Mais c'est aussi un parcours initiatique pour Adam qui a besoin de trouver sa place dans le monde dans lequel il vit. Il me fait grandement penser à Holden Caulfield de L'Attrape-coeurs (J.D. Salinger). Au début, j'ai cru que c'était à cause de la citation au début du lire : " C'est là tout le problème. On ne peut jamais trouver un endroit paisible, parce qu'il n'y en a pas. On peut penser qu'il y en a, mais une fois qu'on y est, quand on ne regarde pas, quelqu'un va arriver et écrire 'Fuck You' juste sous votre nez. Essayez un de ces jours. Je pense, même, si je meurs un jour, et qu'il me colle dans un cimetierre, et que j'ai une tombe et tout, ce sera écrit 'Holden Caulfield' dessus, et puis quelle année je suis né et quelle année je suis mort, et juste en dessous ça, il y aura 'Fuck you'. Je suis positif, en fait." Donc j'ai pensé que j'avais Holden en tête, c'est pourquoi je comparais Adam à lui, mais après j'ai réalisé qu'ils étaient vraiment similaires sur plusieurs choses. Ils représent tous deux le mal-être des adolescents qui se cherchent et veulent vivre leur propre vie, et non pas celle choisie par leurs parents, professeurs ou par la société. J'avais peur au début qu'Adam ne trouve pas son chemin pour revenir à sa vie, celle qu'il peut construire lui-même, mais à la fin j'étais soulagée.


C'est un merveilleux premier roman...


Note : J'ai trouvé l'adresse e-mail de Christopher Barzak et j'ai décidé de lui écrire juste pour dire merci et que j'avais apprécié son livre, sans m'attendre à une réponse. Et le matin, quelle ne fut pas ma surprise de voir qu'il m'avait répondu. Internet est merveilleux pour ce genre de choses, ça rend vraiment les gens plus abordables..
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 21:06

Philip Pullman

Biographie : Philip Pullman est né en 1946 à Norwich en Angleterre. Durant son enfance, il a beaucoup voyagé en Australie et au Zimbabwe. Aujourd'hui, il enseigne à l'Université d'Oxford. La plupart de ses ouvrages sont destinés à un jeune public, mais il écrit également pour les adultes, et il fait des adaptations théâtrales de d'oeuvres littéraires célèbres.

Bibliographie : * A la croisée des mondes / His dark materials : Les royaumes du Nord / Northern Lights (1995); La tour des anges / The subtle Knife (1997); Le miroir d'ambre / The Amber Spyglass (2000), Lyra et les oiseaux / Lyra's Oxford (2003)

* Sally Lockhart : La malédiction du rubis / The ruby in the smoke (1985); Le mystère de l'Etoile Polaire : The shadow in the North (1986); La vengeance du tigre / The tiger in the well (1991); La princesse de Razkavie / The Tin Princess (1994)

* Entre autres : Le Pacte du diable; La magie de Lila; J'étais un rat! / I was a rat! (1999); Le Comte Karlstein / Count Karlstein (1991); La mécanique du Diable

****

lesroyaumesdunordgrd.jpgA la croisée des mondes - Les Royaumes du Nord

Genre : Jeunesse - Fantastique

Titre original : His Dark Materials - Northern Lights / The Golden Compass

Editeur anglais (Northern Lights) : Scholastic : 10,75€

Editeur américain (The Golden Compass) : Laurel Leaf : 5,70€

Editeur français : Gallimard grand format : 17,53€; Gallimard, collection Folio Junior : 6,60€
L'Intégrale chez Gallimard : 25€

Synopsis : Lyra Bellacque mène une existence paisible avec son daemon, Pantalaimon, à Jordan College, à Oxford. Là bas, elle vit parmi les universitaires et joue avec les enfants du College contre les gitans. Jusqu'au jour où elle découvre l'existence de la Poussière et qure Roger, son meilleur ami disparaît avec beaucoup d'autres enfants. Elle part vivre avec Mme Coulter, mais avant de partir le Maître de Jordan College lui donne un aléthiomètre, un instrument qui vous dit la vérité. Pour Lyra commence une aventure, la plus extraordinaire des aventures. Après s'être échappée de chez Mme Coulter, elle décide d'aller au Nord avec le sgitans qui l'ont sauvée pour libérer tous les enfants enlevés par les Gobblers qui mènent des expériences horribles. Là-bas, Lyra retrouve Roger et échappe de peu à la plus rgande torture qui puisse exister, la séparation de son daemon. Ensemble, ils vont sauver tous les enfants de Bolvangar et avec l'aide des nouveaux amis de Lyra : Serafina Pekkala, la sorcière, Iorek Byrnisson, l'ours en armure, mais aussi les gitans, dirigés par John Faa et Farder Coram. Mais elle se fera également des ennemis, ses propres parents : Mme Coulter, celle qui a lancé les expériences sur les enfants, et Lord Asriel, son père qui chasse la Poussière et qui découvre un chemin vers d'autres mondes...

latourdesangesgrd.jpgA la croisée des mondes - La Tour des Anges

Genre : Jeunesse - Fantastique

Titre original : His Dark Materials - The Subtle Knife

Editeur anglais : Scholastic : 10,75€

Editeur américain : Laurel Leaf : 5,70€

Editeur français : Gallimard grand format : 17,53€; Gallimard, collection Folio Junior : 6,60€
L'Intégrale chez Gallimard : 25€

Synopsis : Will veut protéger sa mère, mais après avoir tué un homme, il est obligé de fuir. C'est alors qu'il découvre une fenêtre dans le gazon. En traversant cette ouverture, il découvre un autre monde où il rencontre Lyra et Pantalaimon qui ont traversé le pont construit par Lord Asriel. Mais dans ce monde, les Spectres se nourrissent de l'âme des adultes. Seul celui qui possède le Couteau Subtil peut être protégé. Après un combat violent où il perd deux de ses doigts, Will devient le Porteur du couteau qui lui permet d'ouvrir des fenêtres sur d'autres mondes. Ensemble, ils vont sans le savoir marcher vers leur Destinée, se faisant de nouveaux alliés sur le chemin autant que de nouveaux ennemies...

lemiroirdambregrd.jpgA la croisée des mondes - Le Miroir d'Ambre

Genre : Jeunesse - Fantastique

Titre original : His Dark Materials - The Amber Spyglass

Editeur anglais : Scholastic : 10,75€

Editeur américain : Laurel Leaf : 5,70€

Editeur français : Gallimard grand format : 17,53€; Gallimard, collection Folio Junior : 6,60€
L'Intégrale chez Gallimard : 25€

Synopsis : Lyra et Will décident d'aller aider Roger. Pour cela, il leur faut aller dans le monde des morts. Ils construisent leur propre chemin sans réaliser qu'ils sont au centre de la plus grande guerre de tous les temps. Dans un autre monde, Mary Malone, une scientifique du monde de Will essaie d'aider Lyra en suivant les conseils de la Poussière. Elle doit jouer le rôle du serpent.Elle fait la connaissance d'un nouveau peuple intelligent, les Mulefas. Et grâce à eux, elle va construire un miroir d'ambre qui lui permettra de voir la Poussière. Et ce qu'elle découvre est alarmant, car la Poussière fuit. Elle doit trouver une solution à ce problème rapidement. Lyra, Will et Mary joueront-ils le rôle pour lequel ils sont nés dans cette luttre entre le Bien et le Mal?

Un extrait :

"Will n'osait même pas regarder. Lyra faisait la chose la plus cruelle qu'elle ait jamais faite, et elle se haïssait, elle haïssait ce geste; elle souffrait pour Pan et avec Pan, elle souffrait à cause de Pan, tandis qu'elle essayait de le poser sur le sol glacé, obligée de décrocher ses griffes plantées dans ses vêtements, en pleurant à chaudes larmes. Will s'obligea à ne plus entendre; c'était trop horrible. inlassablement, Lyra tentait de repousser son daemon, et Pantalaimon continuait à hurler, à s'accrocher.
Elle pouvait encore renoncer.
Elle pouvait dire :'Non, c'est une mauvaise idée, il ne faut pas faire ça.'
Elle pouvait être fidèle au lien profond, vital, qui l'unissait à Pantalaimon; elle pouvait le faire passer en premier, elle pouvait chasser tout le reste de ses pensées...
Non, elle ne pouvait pas.
- Pan, personne n'a jamais fait ça, murmura-t-elle d'une voix tremblante, mais Will dit qu'on reviendra, et je te jure, Pan, je t'aime, je te jure qu'on reviendra. Tu verras, je reviendrai, prends soin de toi, mon trésor, tu n'as rien à craindre. On reviendra et, même si je dois passer chaque instant de ma vie à te chercher, je te retrouverai, je n'abandonnerai jamais, je ne connaîtrai pas le repos. C'est juré, Pan. Oh, Pan, mon Pan chéri...je n'ai pas le choix...je n'ai pas le choix...
Elle le repoussa encore une fois et le daemon se recroquevilla sur le sol boueux, amer, transi de froid et de terreur.
Quel animal était-il à cet instant? Will n'aurait su le dire. Il paraissait si jeune, un tout petit animal, un chiot, une chose impuissante et désespérée, une créature misérable. Ses yeux ne quittaient pas le visage de Lyra, et Will voyait bien que celle-ci s'obligeait à ne pas détourner la tête, elle ne voulait pas fuir son sentiment de culpabilité. Il admirait son honnêteté et son courage, en même temps qu'il était déchiré par le choc de cette séparation. Des flux d'émotions si intenses passaient entre eux que l'air semblait chargé d'électricité.
Pantalaimon ne demanda pas pourquoi, car il savait; et il ne demanda pas si Lyra aimait Roger plus que lui car, là aussi, il connaissait la réponse. Et il savait que, s'il parlait, elle ne pourrait pas résister. Alors, le daemon demeura muet pour ne pas torturer davantage l'être humain qui l'abandonnait et, maintenant, tous les deux faisaient mine de croire que la séparation ne serait pas si douloureuse, qu'ils seraient bientôt réunis, et que c'était la meilleure solution. Mais
Will savait que la fillette s'arrachait le coeur en abandonnant son daemon."

Mon avis : A la croisée des mondes est un excellent livre, mais pas pour les enfants trops jeunes. Ici, on trouve une histoire d'aventure, avec des héros qui peuvent voyager à travers différents mondes et qui sortent toujours sains et saufs de dangereux combats. Mais il y a dans cette série une réflexion théologique importante, au sujet de l'éventuelle existence d'un être supérieur, Dieu, et du Destin. L'origine du pêché originel. Et naturellement de la conscience de l'Humanité.

De plus, je tire mon chapeau à Pullman pour réussir à mener son histoire avec différents éléments, complexes ou presque insignifiants, tous liés les uns aux autres, et qui ne prennent tout leur sens qu'à l'approche de la fin.

Il y a également certaines choses que j'adore tout simplement, comme l'idée des daemons. J'aimerais vraiment avoir un daemon extérieur comme Pantalaimon. Mais le nôtre est à l'intérieur de nous et on ne peut pas le voir malheureusement. Il y a aussi les Mulefas que j'aimerais vraiment rencontrer.

Je l'avais déjà lu il y a quelques années, mais je ne me souvenais pas de toute cette pensée philosophico-religieuse.

Mais, parce que bien sûr il y a un 'mais', j'étais un peu déçue par le dénouement. En effet, j'ai eu l'impression que Pullman était pressé de finir tout, et après avoir soulevé tant de questions intéressantes, théologiques et philosophiques, on ne voit pas vraiment où il a voulu nous emmener à la fin. Depuis le début, il parle de la Poussière, mais finalement on n'a pas de réponse à nos questions à savoir d'où elle vient et on ne sait pas non plus si le problème est résolu ou non. Et quelques points qui apparaissent insignifiants par rapport à l'intrigue principale sont laissés en suspens.

Par contre, je conseille ce livre plutôt pour les grands ados, car je pense qu'ils auront de meilleures connaissances et un meilleur sens de la réflexion pour appréhender cet oeuvre dans toute sa splendeur.
 



Retrouvez l'avis de Papillon, Cathe et Sophie
Partager cet article
Repost0