Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : Les chroniques de Chrestomanci
  • Les chroniques de Chrestomanci
  • : bonjour et bienvenu(e)! j'ai créé ce blog pour présenter mes coup de coeur littéraires, mais pas seulement, je vais aussi parler ciné et musique. J'attends vos réactions et vos conseils...
  • Contact

En ce moment...

RAT-TARDIS.jpg

Vous Voulez Savoir...

2013 en lecture

Finale - Becca Fitzpatrick

L'affaire Jane Eyre - Jasper Fforde

1Q84 Livre 1, avril-juin - Haruki Murakami

Dracula - Bram Stoker

The Glass Key - Dashiell Hammett

Carmilla - Sheridan Le Fanu

1Q84 Livre 2 - Haruki Murakami

Harry Potter and the Philosopher's Stone - J.K. Rowling

The Beetle - Richard Marsh

Pride and Prejudice - Jane Austen

The colour of Magic - Terry Pratchett

The Guernsey Literary and Potatoe Peel Pie Society - Mary Ann Shaffer

Ce que je fais...

bafab.gif

 

Countdown to the next BAFAB Week:

 

 

 

membership

 

J'aime, un peu, beaucoup...

Un peu *
J'aime **
Beaucoup***
Passionnément ****
A la folie *****
Pas du tout *

Partenariats...





9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 09:01

Retrouvez la bio- et la bibliographie de Jasper Fforde ici

l-affaire-jane-eyre.jpg

 

****

Genre : Fantasy, uchronie

 

Série : Thursday Next n°1

 

Titre original : The Eyre Affair

 

Editeur anglais : Hodder : 9,77€

 

Editeur français : 10/18 : 9,60€

 

Année de publication : 2001

 

Quatrième de couverture (édition 10/18)

 

Dans le monde de Thursday Next, la littérature fait quasiment office de religion. A tel point qu'une brigade spéciale a dû être créée pour s'occuper d'affaires aussi essentielles que traquer les plagiats, découvrir la paternité des pièces de Shakespeare ou arrêter les revendeurs de faux manuscrits. Mais quand on a un père capable de traverser le temps et un oncle à l'origine des plus folles inventions, on a parfois envie d'un peu plus d'aventure. Alors, lorsque Jane Eyre, l'héroïne du livre fétiche de Thursday Next, est kidnappée par Achéron Hadès, incarnation du mal en personne, la jeune détective décide de prendre les choses en main et de tout tenter pour sauver le roman de Charlotte Brontë d'une fin certaine...

 

 


 

J'avais lu L'Affaire Jane Eyre il y a quelques années, et j'en avais déjà parlé ici (mon tout premier article sur Les Chroniques de Chrestomanci, just for the record). M'étant à l'époque arrêtée en cours de lecture du 3ème tome, j'avais envie depuis longtemps de reprendre la série du début. A la base je voulais le lire en anglais, mais mon budget étant limité et ayant une édition française, je l'ai donc relu en français. Je viens de relire mon article de l'époque et je trouve que je ne fais absolument pas honneur à ce merveilleux roman. Je reprends donc tout à zéro ici.


Vous l'aurez compris, j'ai autant apprécié ma seconde lecture, sinon plus que la première. Certainement plus, car j'ai eu l'occasion depuis de lire Jane Eyre de Charlotte Brontë, ce qui a sans doute améliorer ma compréhension du roman de Jasper Fforde.

 

Jasper Fforde nous offre ici un univers complètement délirant, mais tellement bien ficelé et détaillé qu'il n'est pas difficile d'y croire. Imaginez-vous en 1985, la guerre de Crimée dure depuis plus de cent ans, aucun des deux camps ne veut lâcher le morceau. Les chats et les chiens comme animaux de compagnie, oubliez! Vous pouvez adopter un dodo ou une autre espèce éteinte, recréé grâce à un sequençage ADN. Vous vous promenez dans la rue, et au détour d'une boulangerie, vous tombez sur un Shakesparleur, une sorte de juke-box qui récite les pièces de Shakespeare, et vous avez une conversation animée avec un Baconien, qui est persuadé que les oeuvres attribuées à Shakespeare ont en fait été écrite par Francis Bacon. De l'autre côté de la rue, un traficant de faux manuscrits, et la brigade des LittéraTecs qui arrive pour mettre fin à son commerce. Mais attention, imaginez-vous un monde où des vers correcteurs mangeurs de mots peuvent vous aider à traverser cette frontière invisible entre la réalité et la fiction. Vous pouvez ainsi vous promener dans votre roman préféré!


Contrairement à ce que laisse penser la quatrième de couverture Jane Eyre n'est pas au centre du roman. Elle n'apparaît réellement que dans le dernier tiers du livre. La première partie est plutôt centrée sur Martin Chuzzlewit de Dickens (qu'il faudra que je lise avant de re-relire L'Affaire Jane Eyre un jour). 


Achéron Hadès est un le mal personnifié, il désire rester dans les mémoires en accomplissant les pires atrocités possibles. Il s'empare d'abord du manuscrit de Martin Chuzzlewit, puis celui de Jane Eyre. Lorsqu'un manuscrit est transformé de quelque manière que ce soit, ces changements sont répercutés sur toutes les éditions existantes. Et Hadès décide d'enlever Jane Eyre. Sans Jane Eyre pour raconter l'histoire, le roman de Charlotte Brontë n'a jamais existé, bien que la fin ait été bâclée par Brontë, nous laissant sur notre fin avec Jane qui accepte de partir en Inde avec St John Rivers. Je dirais seulement qu'heureusement que Thursday Next est passée par là ;-)


Il est assez difficile de vous parler de tout ici, il y a tellement de choses dans L'Affaire Jane Eyre. Les ChronoGardes, Goliath à la recherche de fusil à plasma, William Wordsworth au détour d'un poème, des touristes japonais armés d'un appareil photo dans Jane Eyre, et bien sûr Edward Rochester, prêt à tout pour sauver sa Jane.


Ce roman, avec ses touches d'humour et ses nombreuses références littéraires,  s'adresse aux amoureux de Jane Eyre, mais avant tout aux amoureux du livre. Cependant, le monde créée par Fforde peut paraître trop délirant pour certains lecteurs. Je pense que c'est un livre qu'on adore ou qu'on déteste, sans rien au milieu, qu'en pensez-vous, ceux qui l'ont lu?

 


Repost 0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 09:01

Retrouvez la bio- et la bibliographie de Terry Goodkind ici

wizard-s-first-rule.jpg

****

Genre : Heroic Fantasy

Série : The Sword of truth n°1 / L'épée de vérité n°1

Editeur américain : Tor : 5,82€

Editeur français : Bragelonne (La première leçon du sorcier) : édition découverte : 10€

Quatrième de couverture

Depuis le meurtre de son père, Richard parcourt les forêts du Westland, à la recherche des assassins. C'est alors qu'il sauve Kahlan, une jeune femme poursuivie par des hommes au service de Darken Rahl, le tyran qui règne sur les Midlands. Pour protéger les habitants du Westland contre Rahl, les sorciers ont érigé une mystérieuse frontière dont nul ne revient. Pourtant Kahlan a réussi à la franchir. Qui est-elle vraiment ? Désormais, le destin de Richard est lié à celui de cette jeune fille belle comme une déesse : tous deux ont une mission à accomplir, et tous deux sont traqués... 

 

 


Après mes examens en juin, j'ai connu une grande panne de lecture, rien n'était à la hauteur pour me faire reprendre, jusqu'à ce que je tombe à la télé sur la série Legend of the Seeker, et là je me suis dit " tiens j'ai le premier tome depuis un moment déjà", et voilà. Ce qu'il me fallait c'était une bonne dose d'Heroic Fantasy et la machine était repartie. Enfin, je dois préciser qu'elle est repartie au ralenti mais quand même.

Comment faire un résumé de Wizard's first rule sans spoiler, ce n'est pas évident, parce qu'il se passe tellement de choses. Bon déjà je peux dire que Richard Cypher est un Sourcier, ce sera une surprise pour personne;o) Donc en fait, lui seul peut découvrir la vérité. Il doit partir en quête accompagné de Kahlan, la dernière Inquisitrice, et Zedd, le grand sorcier. Ensemble ils doivent empêcher Darken Rahl de s'emparer de la dernière boîte d'Orden et soit régner sur le monde ou bien le détruire.

The Sword of Truth est une série à la hauteur du Seigneur des Anneaux concernant les descriptions des paysages, et le caractère des personnages. Un grand soin est apporté à tous ces personnages. Ce qui est appréciable justement concernant les personnages, c'est qu'on n'a pas de vrais gentils, des vrais méchants oui, mais on découvre parfois le côté obscur de nos héros, autant Richard que Kahlan.

Le schéma est assez typique de l'Heroic Fantasy donc pas vraiment de surprises, mais des passages assez surprenants, et assez violents, bien que l'ensemble soit assez gentillet. Je précise que je dis ça, ce n'est en aucun un point négatif pour moi, car j'ai beaucoup aimé, mais je suis actuellement en train de lire Game of Thrones, et donc The Sword of Truth paraît tout à fait gentillet en comparaison.

La suite m'attend déjà, mais je suis déjà très très très (très?) en retard dans mes lectures de cours, donc je prévois pour le moment de finir le premier tome de Game of Thrones et après les 12 oeuvres qui m'attendent pour les cours de littérature;o)

Oups j'ai oublié de vous dire... Je suis bien entendu tomber amoureuse de Richard, même si j'avoue que la concurrence est rude et que je n'ai aucune chance;o)

 

Repost 0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 09:00

 Retrouvez la bio- et la bibliographie de Patricia Briggs ici

river-marked-copie-1.jpg

 

Genre : Urban Fantasy


Série : Mercy Thompson n°6


Autres titres dans la série : Moon Called, Blood Bound, Iron Kissed, Bone Crossed, Silver Borne


Editeur américain : Ace Books (relié) : 19,03€


Editeur anglais : Orbit : 9,01€


Quatrième de couverture (Traduction)


La mécanicienne Mercy Thompson a toujours su qu'elle était différente, et pas seulement parce qu'elle peut faire asseoir et implorer un moteur de Volkswagen. Mercy peut se transformer en coyote, un don hérité de son père depuis longtemps disparu. Et elle n'a jamais connu d'autres personnes de son espèce, jusqu'à maintenant.

 

Alors que Mercy se fait à cette nouvelle situation, un démon se réveille dans les profondeurs du fleuve Colombia. Quelque chose de mortel arrive, les éléments sont minces au sol et Mercy n'est pas à l'aise. Cependant, les amis de son père pourraient en savoir plus. Pour avoir un espoir de survivre, Mercy et son ami, l'alpha lou-garou, Adam, auront besoin de toutes les resources que les changeurs peuvent apporter. Ou la mort sera le dernier de leur soucis.

 

 


Ah depuis le temps que je l'attendais, je suis bien contente d'avoir enfin pu m'y mettre. Et j'ai passé un agréable moment. Je ne pourrais pas dire si c'est mieux ou moins bien que les précédents, mais c'est différent et j'ai vraiment apprécié cette différence.

 

On retrouve comme toujours un monstre qui cause des soucis, mais l'histoire de fond est vraiment intéressante. D'abord grande nouvelle! SPOILER : Mercy et Adam se marient, et partent en lune de miel. Enfin lune de miel c'est un bien grand mot. Le plus intéressant donc c'est que Mercy découvre ses origines, et c'est vraiment intéressant d'avoir tout ce côté légendes indiennes, on sent que des recherches ont été faites sur le sujet et ça j'adore. C'est vraiment là que repose tout l'intérêt de ce volume.

 

Et pour les fans de Stefan, comme moi, le vampire au grand coeur et au van Scoobidoo, je l'ai encore plus aimé dans ce volume, bien qu'il n'est pas trop la forme;o)

 


Repost 0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 09:00

Retrouvez la bio- et biobliographie de Karen marie Moning ici

bloodfever.jpg

**

Genre : Bit-Lit, Urban Fantasy

 

Série : Fever / McKayla Lane


Titre français : Fièvre rouge


Editeur américain : Dell Romance : 6,49€


Editeur français : J'ai Lu (Indisponible)


Traduction personnelle de la quatrième de couverture


La vie ordinaire de MacKayla Lane a connu un changement radical lorsqu'elle a posé les pieds en Irlande et s'est retrouvée plongée dans un monde de sorcellerie mortelle et de secrets anciens.

Dans sa lutte pour rester en vie, Mac doit trouver le Sinsar Dubh, un livre de magie la plus noire imaginable, vieux d'un million d'années, et qui détient la clé du pouvoir sur les mondes des Faes et des Humains. Poursuivie par des assassins Fae, entourée par des personnages mystérieux auxquels elle sait qu'elle ne peut pas faire confiance, Mac est partagée entre deux hommes dangereux et irrésistible : V'lane, le Fae insatiable qui peut transformé l'excitation sexuelle en obession pour n'importe quelle femme, et l'éternellement impénétrable Jericho Barrons, un homme autant séduisant qu'il est mystérieux.

Pendant des siècles, le royaumes des ombres des Fae a coexisté avec celui des humains. Maintenant les murs entre les deux tombent, et Mac est la seule chose qui se tient entre les deux...

 


Merci à Hydro pour le cadeau. Elle m'avait déjà offert le premier, Darkfever, et j'ai pu continuer ma lecture grâce à elle. Autant j'avais beaucoup apprécié le premier, Mac me faisait rire, et j'aimais cette vision de l'Irlande et de son folklore qui prend vie.


Malheureusement pour ce second tome, ces éléments n'ont pas été suffisants pour me satisfaire. Mac est toujours à la recherche du Sinsar Dubh, avec Jericho Barrons. Mais dans ce tome Mac m'a tapé sur les nerfs. Je ne pourrais pas trop dire pourquoi précisément.

 

Bon je ne dis pas que j'ai détesté ma lecture, mais je la qualifierais de passable, ce qui pour moi n'est pas terrible quand même. En fait, ce qui m'a vraiment gênée c'est l'intrigue qui n'avance pas. On a commencé à un certain point, et finalement on finit au même point.

 

En revanche, j'avoue que j'ai apprécié la scène du combat-mamours entre Mac et Jericho à la fin. Mais on n'en sait toujours pas plus sur Barrons et ça c'est énervant...

 

Repost 0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 09:00

 Retrouvez la bio- et la bibliographie de Maria V. Snyder ici

le-souffle-d-emeraude.jpg

***

Genre : Fantasy


Série : Les portes du secret n°2


Titre original : Magic Study


Editeur américain : Mira Books : 8,45€


Editeur français : Harlequin : Darkiss : 12,50€


Quatrième de couverture


Une année, une seule. C'est le temps dont dispose Elena pour développer ses pouvoirs de magicienne. Mais le parcours est semé d'embûches. Les détracteurs d'Elena cherchent à la manipuler, voire à la détruire. Trimphera-t-elle de la jalousie des Magiciens, de la traîtrise du Prince exilé, et de la haine que lui voue son frère? Libre et rebelle, elle poursuit sa quête. Avec, pour allié, le mystérieux Valek qui lui insuffle, en pensée, la force de devenir elle-même...

 

 


Je remercie énormément Darkiss et surtout Anaïs qui m'a envoyé son exemplaire personnel de Le souffle d'émeraude. J'avais adoré le premier tome Le poison écarlate, je dois avouer que Valek n'y était pas pour rien;o) J'ai beaucoup aimé ce second volume, mais je l'ai tout de même trouvé un peu en-dessous du premier. Ceci est du à Elena, il y a quelque chose qui me dérange chez elle, mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus.

 

L'intrigue est intéressante, on découvre le monde de Sitia, où la magie règne. On en apprend un plus sur les pouvoirs d'Elena, qui se développent, mais qui n'ont pas encore atteint je pense leur paroxysme.

 

Valek, malheureusement, est beaucoup moins présent, mais j'étais autant ravie qu'Elena de le voir réapparaître sous couverture;o)

 

J'attends avec impatience la sortie du dernier tome, prévu pour décembre.

 


Repost 0
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 09:00

Retrouvez la bio- et la bibliographie de Maria V. Snyder ici

 

le-poison-ecarlate.jpg

****

Genre : Fantasy


Série : Les portes du secret n°1


Titre original : Poison study


Editeur américain : Mira Books : 8,22€


Editeur français : Harlequin : Darkiss : 11,50€


Quatrième de couverture

 

Dans les geôles d'Ixia, Elena attend son éxécution. Mais, au dernier moment, le fascinant Valek, puissant dignitaire secrètement amoureux d'elle, lui propose un étrange marché : si elle entre à son service, elle aura la vie sauve. Néanmoins, qu'elle ne songe pas à s'enfuir - car, pour être certain de la retenir près de lui, Valek lui fera avaler une dose mortelle du poison écarlate, dont il est seul à connaître la formule et surtout l'antidote...

 

 


Le Poison écarlate m'a sauvé d'un drame, je vous jure. Voyez-vous depuis 4 ans, c'est-à-dire depuis que je tiens ce blog, je n'ai pas eu de panne de lecture. Des ralentissements oui, pour des raisons diverses et variées, trop fatiguée, envie de faire autre chose, mais pas de panne. Et par expérience, je peux vous dire qu'une panne de lecture chez moi peux durer des mois. En général, ça tourne autour des 6 mois, et c'est énorme, et c'est frustrant, parce que dès que j'ouvre un livre, c'est pour le refermer 10 minutes après. L'envie est là, mais pas l'intérêt jusqu'au moment où je tombe sur LE livre, et c'est reparti pour une boulimie de lecture. Et voyez-vous, en général ce genre de choses m'arrive après la lecture d'un livre tellement... tellement, vous voyez bien ce que je veux dire, que je ne peux plus lire après ça.

 

Et à la fin de  Total Eclipse, c'est ce qui m'est arrivé. Pendant un quart d'heure, une demi-heure, après avoir refermé le livre, je me suis sentie complètement vidée, et je me disais qu'après ça, plus rien ne pouvait me satisfaire. Il faut dire qu'en deux ans et 9 volumes, Weather Warden a grimpé au rang de mon Top 5 de mes lectures cultes et inoubliables. Pour vous dire, ceux qui me connaissent comprendront, je mets cette série au même rang que Les Chroniques de San Francisco!!!

 

Et alors que j'étais dans mon canapé, en train de me lamenter sur la fin de cette histoire, je me suis dit qu'il ne fallait pas que je me laisse abattre, et du coup j'ai enchaîné dans la foulée avec Le poison écarlate, chose que je ne fais jamais habituellement. Quand je finis un livre, j'aime prolonger le moment, et rester dans le même univers, et je ne commence autre chose que le lendemain voire le surlendemain.

 

Et heureusement j'ai fait un choix judicieux, parce que si Le poison écarlate avait été moins bon, ma ruse n'aurait sûrement pas fonctionner. Mais voilà, ce livre est super. Pour sûr un coup de coeur de l'année 2010. Ok ok, je vous vois venir, un Harlequin? Mouais, ça doit être un truc à l'eau de rose, mais le dit si bien Frank'n'Furter, Don't judge a book by its cover!!! (Pour la référence, c'est The Rocky Horror Picture Show, la BO est dans mon lecteur depuis le début de la semaine).

 

On ne retrouve pas ici ce côté romance qu'on retrouve dans la littérature fantastique féminine du moment. Ok, il y a de la romance, ça fait du bien quand même, mais c'est bien loin d'etre l'intrigue principale.

 

Quand j'ai commencé les premiers chapitres, je me suis dit, ah c'est cool en fait ce n'est pas du fantastique, ce que je croyais. Elena (qui en VO est en fait Yelena, j'ai découvert ça aujourd'hui) est condamnée à mort pour avoir tué Reyad, le fils d'un des généraux du Commandant d'Ixia. Le jour de son éxécution, elle se voit proposer d'avoir sa vie prolongée en devenant le goûteur du Commandant qui craint un empoisonnement. Elle sera formée par Valek, expert en poisons et assassinats. Mais Elena va être menacée de plusieurs côtés et pour différentes raisons. Mais bizarrement Valek semble être toujours dans les parages pour la sauver de justesse.

 

Donc je disais, qu'au début, je ne pensais pas lire un livre fantastique, et finalement quand il a été question de magie, j'ai compris;o) Mais en fait, la magie ne tient pas le livre. C'est un élémént qui s'associe à tous les autres, pour faire un livre remarquable.

 

Ce livre m'a tenue éveillée très tard dans la nuit, alors que je reprenais le boulot le lendemain, et ce fut vraiment avec frustration que je le posais sur ma table de chevet pour dormir un peu. Et un livre qui me fasse cet effet, ça faisait un petit moment que je n'en avais pas eu un entre les mains.

 

Il y a une chose en particulier que j'ai vraiment apprécié par-dessus tout dans ce roman, c'est la formation du goûteur. Les méthodes pour reconnaître les différents poisons, et les "arômes" sous lesquels ils peuvent se cacher. J'ai trouver ça vraiment intrigant.

 

Il y a une autre chose que j'ai beaucoup apprécié, et je sais que vous l'attendez, ma réputation n'est plus à faire, je suis tombée amoureuse. Bon je vais passer pour une femme volage, juste après avoir quitté les bras de David le Djinn, me voilà heels over head sur Valek. Mais je vous le dis, c'est homme, quel homme!!! J'ai aimé le regarder combattre ses assaillants ou bien ceux d'Elena. J'aime son caractère méfiant, mais en même temps qui contre sa raison laisse son coeur se faire tendre par amour. Et Valek pour se concentrer ou bien se changer les idées a pour habitude de scultper des petites figurines animales. Que demander de plus vraiment!!!

 

"- Elena, tu m'as rendu fou. Tu m'as causé des ennuis considérables et j'ai déjà envisagé à deux reprises de te tuer.

Le souffle de Valek dans mon oreille envoya un frisson le long de mon dos.

- Mais je t'ai dans la peau, dans le sang...Tu as envahi mon coeur.

- On dirait que vous parlez d'un poison.

[...]

- Exactement, dit-il. Tu m'as empoisonné."

 

(Je tiens juste à préciser que la quatrième de couverture n'est pas tout à fait exact. Valek n'est pas secrètement amoureux d'elle au début. Ou du moins ce n'est pas révélé dans ce volume. Il ne la connaissait pas avant de la faire sortir de son cachot pour lui proposer cela. Même s'il nous fait douter sur le hasard de la chose à un moment donné, en disant que peut-être qu'il avait déjà tout prévu. Allez savoir...)

 

J'attends de pouvoir lire la suite avec impatience vraiment, en espérant qu'elle soit aussi bonne que Le poison d'écarlate, mais j'avoue que vu la fin du Poison écarlate, j'appréhende un peu, car j'ai l'impression que Valek ne sera pas beaucoup présent, et que l'histoire naissante entre Elena et lui ne va pas avancer beaucoup... Mais j'espère me tromper Et au fait, il s'agit d'une trilogie;o)

 

Vous pouvez trouver ici l'avis d'Ankya, qui m'a convaincue de le lire à l'origine.

Et je remercie grandement Anaïs et Darkiss de m'avoir permis de découvrir cette série

 


Repost 0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 18:30

Retrouvez la bio- et la bibliographie de Rachel Caine ici

 

total-eclipse.jpg

*****

Genre : Urban Fantasy


Série : Weather Warden n°9 : Ill Wind, Heat Stroke, Chill Factor, Wind Fall, Firestorm, Thin Air, Gale Force, Cape Storm


Editeur américain : Roc Fantasy : 6,57€


Editeur français : Pas encore de traduction disponible

 

Traduction personnelle de la quatrième de couverture


La Weather Warden (Gardienne de la Météo), Joanne Baldwin a vaincu son ennemi de longue date et sauvé le monde...encore. Mais à quel prix? Se tenant au point mort pour la dernière attaque, Joanne, David le Djinn, et la Terre elle-même ont été empoisonnés par une substance qui détruit la magie qui tient le monde en vie.

 

Joanne et David ont déjà perdu leurs pouvoirs, mais c'est seulement le commencement. Le poison qui s'écoule dans la planète déstabilise l'équilibre entier du pouvoir, et accorde la magie à ceux qui n'en ont jamais eu et le prenant à d'autres où ils en ont le plus besoin à un moment critique. C'est juste une question de temps avant que l'équilibre délicat de la nature explose en chaos, détruisant l'humanité, et toute chose vivante sur Terre avec.

 

 


OH MY GOD, OH MY GOD, OH MY GOD!!!!!!!! Avant de commencer Total Eclipse, j'ai fait ma curieuse et je suis tombée sur une review US où j'ai découvert que c'était le dernier tome de la série. Ce fut un drame pour moi, il fallait que je me prépare à faire mes adieux à Joanne et David, mais aussi à Lewis, à Cherise, à Imara et à Kevin, même si je l'aimais pas beaucoup. A Rahel, Venna et même Ashan que je déteste franchement. Et en commençant ma lecture, autant vous le dire, j'étais angoissée par certaines choses qui ont été dites.

 

 

ATTENTION GROS SPOILERS

On retrouve Joanne et David comme on les avait laissés à la fin de Cape Storm c'est-à-dire sans pouvoir aucun, de simples humains, ce qui est plus difficile pour David, après des siècles en Djinn. Joanne et David décident de partir à la recherche d'un moyen de retrouver leurs pouvoirs. Il s'avère que ces pouvoirs ont trouvé refuge en Cherise et Kevin. Seulement une fois redevenu Djinn, David doit se séparer de Joanne et se mettre à l'abri, car il ne pourra résister à l'appel de la Terre Mère, qui se réveille et qui rappelle tous ses Djinn à elle, afin qu'ils accomplissent ce qu'elle désire, mettre fin à l'humanité.

 

Alors que Mother Earth est directement après Joanne, Kevin trouve la mort.

 

Joanne est ensuite envoyée par Lewis vers une mission suicide afin de faire une diversion et d'attirer les Djinn, et de tenter de sauver une énième fois l'humanité. Mais David intervient, et Joanne est sauvée mais pas pour longtemps, car Lewis la laisse après cela dans une situation dangereuse sans aide, et elle doit affronter Ashan, un Old Djinn, qui la détestait avant d'être sous l'emprise de Mother Earth.

 

Lorsqu'elle rejoint enfin le QG des Wardens à Las Vegas, Lewis, David et elle se mettent en route pour aller parler directement à Mother Earth et lui faire entendre raison. Pour cela, ils doivent se rendre au repère d'Imara, la fille de Joanne et David devenu Oracle. Elle seule peut permettre à Lewis de rentrer en contact direct avec Mother Earth, et Lewis est ce qu'elle désire le plus. Le seul humain avec tous les pouvoirs, Feu, Terre et Temps.

 

Lewis devient Djinn a son tour, le plus puissant, il remplace Jonathan comme Conduit. Mais après avoir annoncé à Joanne qu'elle était enceinte d'un garçon, humain. Fruit de la seule nuit qu'elle a pu passer avec David humain.

 

On se retrouve 8 ans plus tard, Joanne a élévé son fils sous le nom de Lewis Kevin. On retrouve également Cherise, l'amie totalement humaine sans pouvoir de Joanne, qui élève un enfant retrouvé abandonné pendant la grande colère de Mother Earth. Joanne est désormais à la tête des Wardens, mais maintenant humains et Djinn travaillent main dans la main, pour éviter que Mother Earth se remette de nouveau en colère.

 

FIN DES SPOILERS

 

Comme je le disais, j'ai eu peur d'une chose dite par David au début, lorsque Joanne lui dit que tout ira bien, et qu'il répond "Not for all of us". Le drame pour moi, je me suis dit, ça y est l'un d'eux va mourir, ou les deux peut-être, je n'aurais jamais pu le supporter. Leur dire au revoir est une chose, suffisament difficile, mais qu'ils meurent non, ce n'était pas possible. J'aurais été obligée de me la faire version Misery, et de sequestrer Rachel Caine et de la torturer jusqu'à ce qu'elle accepte de les faire revivre

 

Ce dernier volume est à la hauteur du reste de la série. Franchement Weather Warden est la seule longue série que j'ai lue jusqu'à présent et qui ne s'essoufle absolument pas.

 

Lewis qui m'énervait de plus en plus en avançant, à toujours laisser Joanne prendre les plus gros risques, j'ai compris pourquoi. Le schéma était bien plus grand que cela.

 

J'avoue qu'en règle générale, je n'aime pas les épilogues du genre 10 ans plus tard. Mais j'ai apprécié d'en avoir un comme ça cette fois. J'ai lu  Ill Wind, le premier de la série, en août 2008. Ca fait donc 2 ans que je suis les aventures de Joanne et David, et je me suis attachée à eux, à un point que je n'aurais pas pu imaginer. Ca ne m'était pas arrivé depuis Les Chroniques de San Francisco.

 

Je suis vraiment heureuse de savoir que leur vie se poursuit ensemble, qui plus est avec un grand événement. Si je dois citer mon couple préféré ce sera Joanne et David.

 

Tout ce que j'espère c'est que cette série arrivera rapidement en France, que les lecteurs francophones puissent enfin découvrir cette série qui est une des meilleures que j'ai pu lire en Urban Fantasy.

 

Je pourrais continuer encore longtemps à blablater sur Total Eclipse. Tout ce que je peux dire après l'avoir lu, je me sens vidée, triste et heureuse tout à la fois

 

J'espère que j'aurais l'occasion de recroiser tous ces personnages dans la série Outcast Season qui relate les aventures de Cassiel, une Djinn redevenue humaine pour accomplir une mission... J'ai déjà lu le premier, Undone, et la suite est sur la route

 


Repost 0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 11:00

Retrouvez la bio- et la bibliographie de Fabrice Colin ici

 

malediction-d-old-haven.jpg

***

Genre : Fantasy


Editeur : Le Livre de Poche : 7,50€


Editeur jeunesse : Albin Michel, Wiz : 17€


Quatrième de couverture


1723, Gotham. Mary Wickford, jeune orpheline à la beauté flamboyante, quitte le couvent et les soeurs qui l'ont recueillie dix-sept ans plus tôt. En route vers l'est, la jeune fille s'arrête dans le vieux village d'Old Haven où règne une atmosphère lourde de secrets. Sans jamais être venue, elle connaît ces paysages de brumes et de ténèbres...

C'est ici que fut brûlée vive, jadis, une sorcière du nom de Lisbeth Wickford...

 

 


Je ne sais trop par où commencer. Parlons écriture. Cette écriture qui m'avait gênée dans Les vampires de Londres, ici, j'ai vraiment apprécié le style de Fabrice Colin, qui s'allie très bien à l'histoire. Ca faisait bien longtemps que j'avais lu un livre français où l'écriture ne m'a pas gênée.

 

Attaquons l'histoire maintenant, bien que je ne sache pas par quel bout la prendre. Donc commençons par le commencement. Mary nous raconte son histoire. Jeune orpheline recueillie et élevée par les soeurs, à 17 ans elle part en quête de son avenir. Mais sur la route elle fait des découvertes qui vont plutôt l'emmener d'abord vers son passé, ou plutôt vers ses ancêtres. Une grande destinée l'attend.

 

Le début du roman est lent, mais de façon agréable. Ce n'est pas une lenteur où il ne se passe rien, c'est une lenteur où on campe l'atmosphère. Atmosphère que j'ai beaucoup aimé. On se situe en 1723, époque où l'Inquisition rage, et où la moindre femme vivant seule et un peu isolée était considérée comme une sorcière. Manquait plus qu'elle soit rousse avec des yeux verts et ait un chat et s'en était fini pour elle. Mais l'Inquisition ne s'en prenait pas qu'aux sorcières, mais vraiment à toute personne pensant différemment ou apportant de nouvelles théories sur des choses déjà établies.

 

L'histoire tient bien la route, mais il y a cependant certaines choses que je reproche à Fabrice Colin, c'est l'accumulation de références qui donne l'effet qu'il veut montrer qu'il connaît plein de choses, et c'est un truc qui m'énerve un peu. On a donc Jack-O-Lantern qui côtoie Jonathan Swift (écrivain, auteur des Voyages de Gulliver) ou encore Rip Van Winkle (héros de Washington Irving). Le personnage qui m'a le plus gênée, c'est tout de même Jack'O Lantern, avec sa tête de citrouille. En fait, selon la légende, Jack n'a jamais eu de citrouille, mais un navet en guise de lanterne, et n'a jamais eu d'autre tête que la sienne. Donc oui, effectivement, j'ai trouvé ça un peu bête de lui donner une tête de citrouille. Mais ça m'a bien fait rire quand même.

 

Autre point négatif, c'est le culte des Domilites, qui était vraiment de trop et qui enlève beaucoup de crédibilité à l'histoire. Les Domilites sont des femmes qui depuis des générations ont fait un pacte avec le Profond, un démon à moitié-poisson. Et elles-mêmes se transforment en une sorte de monstre, avec des bronchies, et je ne sais quoi d'autre encore. Voilà, nous parler d'un culte secret, je l'aurais accepté volontiers, mais le coup des monstres marins, je suis désolée mais c'est trop.

 

En fait, j'ai l'impression que Fabrice Colin a fait une sorte de salade, en se disant plus il y en a, mieux c'est, mais parfois ça devient trop lourd.

 

Bon vous êtes en train de vous dire " elle nous dit qu'elle a aimé, mais elle n'arrête pas de critiquer". Eh oui, j'ai aimé, parce que je suis passée outre ces points négatifs dans ma lecture, et j'ai apprécié le reste. Toute l'histoire de Mary, la découverte de ses origines, de sa mission, de son dragon aussi. J'ai aimé tout cela. Et j'aurais davantage apprécié ma lecture, si on en était resté là, sans ajouter tous ces chichi de Domilites, ou encore l'Empereur Double.

 

En fait, voilà, pour moi c'est une histoire de sorcière, où il n'aurait pas fallu ajouter des éléments vraiment fantastiques. Pour que tout reste vraiment crédible. Des sorts oui, la manipulation des éléments, des dragons, oui tout à fait, mais des monstres non. L'Empereur, dit l'Obscur, qui en fait n'est qu'une moitié d'homme, non. L'Empereur un homme perdu et croyant vraiment à la légitimité de ce qu'il fait, je dis oui.

 

Il y a des petits détails aussi que j'ai vraiment aimé. Les chats mécaniques, parce que tous les chats ont été exterminés, désormais il existe des chats mécaniques. J'adore le concept;o)

 

J'ai beaucoup aimé le journal de Lisbeth également, dont a quelques aperçus dans les parties intitulées "La passion Lisbeth".

 

Et je veux un dragon moi aussi, j'ai toujours aimé les histoires de dragon, bien que je sache que ça n'a jamais existé, je trouve ça absolument magnifique et majestueux...

 

Pour que les choses soient claires, je conclus par j'ai beaucoup aimé ce livre;o)

 

Merci à Edelwe de me l'avoir offert lors du Swap Harry Potter.

Vous pouvez retrouver l'avis positif de Diane, et celui d'Hydro qui n'a pas aimé.

 

sexy ecrivains

 

challenge o swap

 


Repost 0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 09:00

Retrouvez la bio- et la bibliographie de Rachel Caine ici

 

undone.jpg****

Genre : Urban Fantasy


Série : Outcast Season n°1


Editeur américain : Roc : 6,40€


Editeur français : Pas encore de traduction disponible


Traduction personnelle de la quatrième de couverture

 

J'étais une des Anciens Djinn, les Premiers Djinns, qui sont arrivés avant qu'aucun être humain marche sur la terre. J'étais un esprit de feu et d'air, et Ashan m'a jetée dans cette chair lourde et invalidante...

 

Avant elle était un Djinn puissant. Puis Cassiel a défié son leader, Ashan, qui lui a retiré son essence-même et l'a remodelée dans de la chair humaine comme punition. Forcée de vivre parmi les mortels, Cassiel trouve refuge chez un les Weather Wardens (Gardiens de la Météo). Elle doit s'abreuver régulièrement de leur pouvoir, ou elle mourra.

 

Cassiel gagne sa vie en assistant Manny Rocha, un Gardien de la Terre, dans ses missions, ce qu'elle trouve beaucoup plus facile que de faire face aux émotions et faiblesses de sa condition humaine, plus particulièrement son affection croissante pour le frère de Manny, Luis. Mais Cassiel rencontre une force mal intentionnée qui menace la famille Rocha, elle découvre alors que ce qu'elle perçoit comme des faiblesse humaines peuvent être ses plus grandes forces...

 

 


Ah je l'avais depuis bien longtemps dans ma bibliothèque celui-ci, depuis sa sortie en 2009 je crois bien, et je me suis enfin décidée à le lire, et je regrette de ne pas l'avoir lu avant.

 

Nous avons ici une série en parallèle des Weather Warden, on y retrouve au début David et Joanne, ainsi que Lewis, mais ils ne vont pas rester car ils ont d'autres chats à fouetter, notamment lutter contre Bad Bob et l'antimatière.

 

Cassiel est un Djinn, Ashan pour la punir de refuser une mission la lance dans un corps humain. David ne peut l'aider, car elle fait partie des Anciens Djinn, dirigés par Ashan.

 

Cassiel doit donc s'approprier ce nouveau corps terrestre, et lutter contre toutes ces émotions qui l'assaillent. Alors qu'elle commence à découvrir de nouveaux sentiments, notamment, de l'affection pour la famille Rocha, une force malveillante cherche à les tuer à plusieurs reprises. Lorsque Manny et sa femme Angela sont tués, laissant derrière eux leur petite Isabel, qui sera enlevée, Cassiel voit rouge et part à sa recherche accompagnée de Luis, le frère de Manny. Ils découvriront que quelque chose de bien pire que ce qu'ils pouvaient imaginer se passe. La fin des Djinns, la fin du monde? Cassiel devra prendre une grande décision, mais ce sera pour le prochain volume...

 

J'ai adoré retrouvé David et Joanne. Ils n'apparaissent pas longtemps, et lorsqu'ils sont partis je me suis demandé si l'histoire aller tenir la route, et sans problème du tout. La série Weather Warden, comme son nom l'indique, est plus axée sur les Gardiens, mais on y découvre tout le monde des Djinns, ainsi que leurs luttes et leur cission en deux clans, les Old et les New.

 

Outcast Season est axée sur les Djinns, plus particulièrement sur Cassiel, qui fut jadis la pire des Djinns, une sorte de tueuse à gages. J'ai vraiment beaucoup aimé avoir le point de vue du Djinn, bien qu'elle ne le soit plus, puisqu'elle est devenue humaine. D'ailleurs, toute cette découverte est vraiment intéressante, car pour Cassiel tout est nouveau dans ce corps et dans ce monde.

 

On retrouve tout de même la marque Rachel Caine avec une héroïne forte de caractère, qui ce qu'elle veut, et qui aime rouler dans un bolide, à deux roues pour Cassiel.

 

Le côté un peu décalé de Cassiel m'a plu, mais c'est une femme qui s'adapte vraiment facilement à toutes les situations.

 

Si vous connaissez déjà la série Weather Warden, il faut lire également Outcast Season.

 

Lu dans le cadre du 1st in a Series Challenge

 

 

Repost 0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 19:38

 Retrouvez la bio- et la bibliographie de Neil Gaiman ici

 

stardust.jpg

***

 

Genre : Fantastique


Titre français : Stardust, le mystère de l'étoile


Editeur américain : HarperTeen : 6,01€


Editeur anglais : Headline : 8,32€


Editeur français : J'ai Lu : 5,60€


Traduction personnelle de la quatrième de couverture


Qu'arrive-t-il quand on promet de ramener une étoile tombée du ciel? L'adolescent Tristran Thorn est sur le point de le découvrir, alors qu'il s'aventure au-delà du mur de sa ville de campagne anglaise. Après être tombé amoureux de la belle envoûtante Victoria Forester, il commence une quête pour tenir la promesse qu'il a faite à sa bien-aimée - et entre en trébuchant dans le royaume magique qui s'étend au-delà.


 


J'ai ce livre dans ma bibliothèque depuis que j'ai vu l'adaptation au cinéma en 2007. Je l'ai dépoussiéré à l'occasion de la lecture commune des écrivains sexy lancée par Celsmoon. Parce que Neil Gaiman fait beaucoup tourner les têtes de ses lectrices. Pas la mienne, car je ne le trouve pas sexy plus que ça. Charmant je ne dis pas le contraire, mais ça s'arrête là. Heureusement, que Neil Gaiman n'est pas qu'un physique sinon nous passerions à côté de bonnes choses, comme Nobody Owens, ou encore Neverwhere, et bien entendu Stardust.

 


J'ai beaucoup aimé Stardust. Ce qui est bien c'est que je ne me souviens que très vaguement du film, donc je n'ai pas été gênée par cela pendant ma lecture.


L'histoire de Tristran Thorn qui part à la recherche d'une étoile tombée du ciel est magnifique. L'attend une sorte de voyage initiatique, où il rencontrera divers personnages hauts en couleurs, la plupart à la recherche de la même étoile, tous pour des raisons différentes.


Tristran est le premier a trouver Star, ou Yvaine de son nom, fille de la lune. Et à partir de là, Tristran commencera à changer. Ou bien cela a-t-il commencé avant?


L'histoire de Tristran nous est présenté sous la forme d'un conte. Et nous arrivons à un point important dans le style de Neil Gaiman, et c'est quelque chose qui me plaît vraiment beaucoup. La plupart des auteurs ont un style d'écriture propre et ils s'y tiennent. En lisant leur récits, on peut retrouver cette marque, cette touche qui devient familère au fil des différentes lectures de l'auteur en question.


Ce n'est pas du tout le cas de Neil Gaiman. Je ne m'en étais pas rendue compte avant, et pourtant Stardust est le quatrième que je lis. Je n'avais pas aimé Coraline à cause de l'histoire que je ne trouvais pas originale. En revanche, j'avais beaucoup aimé Neverwhere et Nobody Owens. Mais je me suis vraiment rendu compte en lisant Stardust que Neil Gaiman n'a pas UN style, ou plutôt son style c'est d'adapter son style à son histoire.

Dans Stardust qui est un conte, il utilise un style d'écriture qui correspond à un conte, ainsi que le vocabulaire adapté à ce style. Et avec le recul, je me rends compte que pour les trois autres c'était pareil. Et je l'admire pour cela, de pouvoir s'adapter à n'importe quelle histoire, et avec succès.


Je conseille donc fortement Stardust qui m'a beaucoup émue sur la fin, et que j'ai refermé avec le sourire tellement c'est beau.

 

Maintenant j'ai envie de revoir le film...

 

sexy ecrivains

 


Repost 0